pic de Sesques en boucle : un bon classique


contreforts (tourmentés) du Sesques

Point le plus bas : 961 m (gorges du Bitet), plus haut : pic de Sesques 2606 m, dénivelé montant et descendant : 1700 m, distance parcourue : 15,1 kms
Participants (collective de cafistes palois) : Mathieu Appé, Florian Beauvisage, Malika Bellanger, Marie Benichou, Eric Gras, Jean Marc Laulhe, Chantal Loustau encadrés par André Paillasa et Bernard Boutin.
Météo : grand beau chaud
Date : 30 juillet 2020

Départ depuis les gorges du Bitet, montée dans le bois de Sesques, pause à la cabane d’Artigues de Sesques, remontée de la sauvage vallée de Sesques, passage à coté de la Cujala de Sesques, passage sous le doigt du Capéran de Sesques et montée au col de Sesques. Les mollets commencent à chauffer. Une petite bise fraiche souffle. Bienvenue. Pause rapide en attendant le dernier « rapaillon » pour arriver au pic de Sesques. La collective s’étire un peu.
Ici, tout s’appelle Sesques. Un toponyme pour le moins « bizarre » puisque Sesque veut dire « glaïeul des marais » selon le Palay et le site bearn.net !
Pause (méritée) au sommet.
Reprise, sur la crête, en direction du pic d’Isabe. Superbe moment en ligne de crête. Très vite (trop vite) basculement vers le lac d’Isabe. Plongeon rapide pour 5 courageux. Les autres observent. Ils ont tort ! La bise est tombée. Il fait chaud. De retour à Pau, plus tard, le thermomètre marquera 38/39°.
Descente, toujours un peu pensum, pour rejoindre les gorges du Bitet. Belle traversée de la forêt qui longe les gorges. Arbres et rochers couverts de mousse. Ambiance pour nains, sorcières et autres fées. Terminus.
Un rapport dénivelé/distance impressionnant : plus de 1700 m de dénivelé en seulement 15 kms de déplacement. Pour public en forme !
Deux CR précédents pour la boucle :
– pic-de-sesques-en-boucle-course-contre-le-pluie/
– boucle-solitaire-par-le-pic-de-sesques-exigeant-et-beau-a-la-fois/
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

pic de Sesques en boucle

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.