Cirque de Besse : feu d’artifice multicolore floral !

cirque de Besse et cabane

Point le plus bas : 860 m (parking Goust), le plus haut : 1792 m (col de Besse), 1783 (Pène Hourque), dénivelé montant et descendant : 1280 m, distance parcourue : 16,6 km
Participants : sortie en famille avec Maïlys et Nicolas
Météo : beau temps chaud, quelques nuages.
Date : 30 mai 2020

Le cirque de Besse au printemps, avant que les vaches n’y montent, est un des plus beaux « spots » de la région. Vues magnifiques et tapis de fleurs inégalés. Deux raisons pour le parcourir. Par les crêtes : celle qui part du col de Besse en direction de l’Escala, celle qui court du pic Montaut au Pène Hourque pour finir au col d’Abet.
Pas de difficulté particulière si ce n’est la disparition des sentes depuis que le pastoralisme se fait rare. Il n’y a plus de mouton à Besse.
Pour les vues, une grande découverte : voir de face la grande cascade qui descend du lac d’Isabe, sous le Sesques. Une très long filet d’argent, bien visible, gonflé par la fonte des neiges sur les pentes du Sesques.
Pause déjeuner, au Pène Hourque, face à ce magnifique spectacle. Belle vue aussi sur un petit massif avec ses 4 pointes : le pic de Bouerzy.
Pour les fleurs, la palme revient aux asphodèles qui se plaisent indiscutablement, dans le coin, face au soleil. Des milliers tapissent les crêtes des alentours. Outre les asphodèles, des géranium des bois, brunelles à grandes fleurs, orchis casqués, trèfles alpins, érines, cardamines des prés, églantiers, orobes des landes, raiponses, gentianes grandes et petites etc. créent un feu d’artifice multicolore incomparable. Un spectacle de tout beauté. A revoir, chaque printemps.

A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI 
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Reconnaissance : échec sous le pic de L’Escala

Le Sesques vu depuis le pic de la Gentiane

Point le plus bas : 860 m (parking Goust), le plus haut : 1800 m (cheminée sous L’Escala, dénivelé montant et descendant : 1300 m, distance parcourue : 17 km
Participant : sortie en solitaire de reconnaissance
Météo : grand beau sans nuage, petit vent « cool ». TB
Date : 27 mai 2020

Avant d’amener une collective sur un passage méconnu, rien ne vaut une reconnaissance. L’idée est de monter au lac de Montagnon directement, depuis le « Fond de Besse » au-dessus de Goust, par les pentes sud-ouest du pic de l’Escala et ainsi éviter son long contournement par l’est puis le nord.
Peu d’information sur internet. Pourtant, il y a bien une trace en pointillée sur la carte IGN. Un CR de Jean-Pierre Dugène donne quelques informations d’orientations mais ne mentionne aucune difficulté. Dans les faits, le CR date de 2003 – je l’apprendrai (à mes dépens) au retour – car la sente a totalement disparu sous les noisetiers, rhodos et autre genets.
Après avoir cherché le début de la sente pendant deux bonnes heures, m’être engagé dans un couloir toujours plus vertical où jamais je n’engagerai une collective, je rebrousse, tête basse, pour aller au final… au pic de la Gentiane. Magnifique belvédère sur la vallée d’Ossau, Laruns et Goust en particulier. Tapis fleuri d’une richesse rare. A ne pas rater au printemps mais ce n’était pas l’objectif.

A plus sur les sentes.

– par Beñat

Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , ,

SOUM de BARS en boucle : très belle sortie !

les pentes du Soum de Bars

– SOUM de BARS en boucle 
– point le plus bas : 860 m (parking du Houndas), le plus haut : 1840 m (col Lansatté), dénivelé montant et descendant : 1300 m, distance parcourue : 18 km
– participants (collective de cafistes palois) : Nadine Carlotti, Catherine Jammes, Didier Mazoin, Patrick Sicé, Jean Pierre Gspann, Bernard Boutin
– météo : grand beau sans nuage, petit vent « cool ». TB
– date : 20 mai 2020

La troisième fois sera la bonne pour faire le Soum de Bars en boucle, en passant par les cols de Lansatté et d’Aran. Une météo idéale, une bonne ambiance. Seul regret, pour une randonnée « label silence », vu uniquement le « cul blanc » d’un izard, des vautours fauves et probablement un gypaète en début de journée. Sous la chapelle du Houndas, une fouine ou une martre traverse la route en ondulant comme un écureuil.
La crête qui conduit au Soum de Bars est un lieu magnifique par ses vues et la végétation qui la recouvre : bruyère, myrtillers et tant et tant de fleurs. Sauvage et peu « violé » par la race humaine. Bien plus sympa que le Mail Arrouy « grimpé » il y a deux jours. Final ludique par la crête de Saubajot. A refaire.

A plus sur les sentes.

– par Beñat

PS : plus sur la boucle, c’est ICI
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized | Tagué , , , , , ,

Pièmont oloronais – MAIL ARROUY : A refaire en boucle !

Siesta au Mail Arrouy

– MAIL ARROUY en aller et retour
– point le plus bas : 329, le plus haut : 1245 m (Mail Arrouy), dénivelé montant et descendant : 985 m, distance parcourue : 10 km
– participants : Marimar, Maïlys et Bernard Boutin
– météo : grand beau frais. Que demander de plus ?
– date : le 18 mai 2020

Une reprise familiale. Maïlys court devant et attrape tous les tiques du coin : six au total. Marimar doit se remettre en jambe (une tique). Bernard indemne. Mieux couvert ?

Les sentes « franches » qui conduisent au Mail Arrouy disparaissent sous la végétation montante. Mélange de genets, ronces, noisetiers. Bientôt le Mail sera recouvert de cette pauvre végétation. Les belles vues, sur le vallon qui descend du col de Marie Blanque et vers la plaine, toute proche, d’Oloron, vont disparaitre. Disparition du pastoralisme qui entretenait les estives. Fin d’une époque.
La montée et descente passe par une forêt luxuriante, orientée nord, qui rappelle à Maïlys celles de Malaisie…

Pas fan du parcours en A&R. Certainement à refaire sous forme de boucle. Plus sur le sujet : ICI.

A plus sur les sentes.

– par Beñat

Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized | Tagué , , ,

SOUM de BARS : reprise fleurie et humide après le confinement COVID 19

ourson ou blaireau ?

– SOUM de BARS en A&R
– point le plus bas : 860 m (parking du Houndas), le plus haut : 1840 m (col Lansatté), dénivelé montant et descendant : 1185 m, distance parcourue : 16,5 km
– participant : sortie solitaire de reconnaissance
– météo : bruine, brouillard, grand blanc et pluie au final
– date : le 14 mai 2020

Le 12 mars, le président Macron avait annoncé solennellement la « guerre », déclarée contre l’épidémie de Coronavirus. La France démarrait sa guerre sanitaire… sans arme (ni masques, ni gants). Elle restait toutefois « puissance nucléaire ». Sauvés, nous étions !
Restait à se confiner chez soi jusqu’au 11 mai, date de la fin du confinement officiel. Deux mois sans montagne. Dur, dur… mais pas impossible. Lescar recelait de mille boucles pédestres et urbaines possibles.
Reprise le 14 mai avec une reconnaissance, en solitaire, du parcours au Soum de Bars. Bruine, brouillard, grand blanc et pluie au final au menu. Spectacle à minima, sauf le magnifique tapis de fleurs du printemps. Panne de GPS. Sortie de la carte et de la boussole, pour tirer un cap salvateur, sur le cheminement du retour. Pluie à la fin mais le parapluie était dans le sac !
Vu une trace d’ourson (ou de blaireau) ! et un beau pic épeiche et tout plein de fleurs. Magie du printemps.

Une reprise de 17 km et 1250m. Pas mal après deux mois de confinement. Fatigue de retour « at home » et fin prêt pour proposer le Soum de Bars en collective.

A plus sur les sentes.

– par Beñat

Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized | Tagué , , , , , , , ,