Gourette – Latte de Bazen en deux temps !


arrivée au pic de la Latte de Bazin

Plus bas : 1390 m (parking Jonquilles)
Plus haut : 2472 m (pic de la Latte)
Dénivelé montant/descendant : 1500 m
Distance parcourue : 13,1 km
Participants le 19/8 : collective du CAF de Pau avec Francis Bellocq, Claudie Charbonneau, Sylvie Darrouzin, Vincent Escoula, Pierre Ganchou, Audrez Lafargue, Céline Larrieu, Jean-Marc Laulhé, Dominique Vialatte encadrés par Jacky Gauzères et Bernard Boutin
Participants le 24/8 : Didier Mazoin et Bernard Boutin
Météo : très agréable le 19, brouillard et humidité au sol le 24
Date : 10 août 2021

Le dictionnaire toponymique donne un début d’explication pour ce secteur au nom bizarre. La « Latte de Bazen » viendrait de l’occitan – en vallée d’Ossau, on dirait du béarnais ! – pour lata : gaule, flanc large de pentes herbeuses + Bazen ou Basent = nom de personne.
La « crête de la Latte de Bazen » démarre, après un passage un peu « expo » au-dessus du col de Tortes, par un long flanc large de pente herbeuse qui termine à 2262. Belles vues à gauche vers le massif du Gabizos, à droite vers celui du Ger avec la station de Gourette au-dessous.
Un participant peine un peu, il doit s’arrêter là. Le conteur-randonneur lui tiendra compagnie pendant que la collective poursuit la sortie. Le pourquoi de cette sortie « en deux temps », du moins pour « l’auteur des présentes ».
Descente, à 2159, pour rejoindre les sentes qui latéralement partent en direction de la Pointe de Bazen et du pic de la Latte de Bazen, objectif suivant. Les pentes sont fortes. N’y aller que par temps sec.
Deux failles descendent tout droit du pic de la Latte. Montée, sans difficulté, par la droite de la seconde. Arrivée au sommet 2472. Longue pose et descente, pour le groupe du 19, par la faille à droite et, pour Didier et Bernard, par celle de gauche. Main au rocher. Petit moment ludique sympathique. Ne pas faire partir de cailloux sur les copains devant. Casque recommandé.
Descente jusqu’à la cote 2311 pour remonter à une pointe (2410) sans nom. Main au rocher. Petit pas d’escalade pour accéder à la pointe. Tout le monde passe, sauf Bernard dont les semelles ont une adhérence « discutable », pour ne pas dire nulle. Pourtant, c’est une « marque » connue et respectée !
Retour en arrière pour chercher la trace montante. Longue traversée pour rejoindre et descendre la crête de la Latte et gravir le « Téton de Vénus ». Herbe haute et dense. Sèche le 19, humide le 24 : pieds trempés malgré la « protection » Goretex ! Autant pour la « marque » connue et respectée !!
Malgré le tapis d’herbe dense, pas de vie animale visible. Deux, trois perdrix levées lors de la deuxième tentative.
Au col de Tortes, le GR10 est rejoint. Des « itinérants » l’empruntent. Ils vont de Gourette à Arrens sur le 10. Le 19, sous le col, ce sont des allemands qui sont croisés. Le 24, une jeune, mexicaine de « Mexico capital », rejoint seule Banyuls depuis Hendaye ! Plus loin ce sont des espagnols. Le GR 10, même attrait « international » que pour la HRP. La magie des Pyrénées frappe bien au-delà de son piémont.

A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Claudie Charbonneau et Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

la trace du 19 août

Une réflexion sur “Gourette – Latte de Bazen en deux temps !

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s