Laruns : plan B pour le Lasnères en boucle


vue au sud depuis le Lasnères

Plus bas : 574 m (parking Barthèque à Laruns)
Plus haut : 2000 m (pic Lasnères)
Dénivelé montant/descendant : 1600 m
Distance parcourue : 17,4 km
Participant : sortie solitaire
Météo : beau ciel dégagé à partir de 1000m, brouillard en dessous, température agréable, pas de vent.
Date : 29 juillet 2021

Lasnères 2019 en bleu

Une sortie déjà réalisée en 2019 (voir ICI) et le souvenir d’un détour vers le SO, à partir du refuge d’Arrioutort, sur le GR balisé rouge/orange, avant de piquer plein nord vers le col d’Arrémoulit (voir carte) : à quoi bon ?
Après analyse des cartes et photos satellite, décision est prise de partir « plein nord » depuis le refuge vers le gave d’Arrioutort et ensuite rejoindre par le SO le GR pris en 2019.

Lasnères 2020 en vert

Dans la pratique, le changement de tracé fera passer le détour de 2,4 km et 184 de dénivelé positif à 1,9 km et 174 m. Un gain de 500 m non négligeable… et l’excitation de partir à « l’aventure » !
Restait à savoir comment rejoindre le gave d’Arrioutort et ensuite remonter une croupe pour rejoindre le GR. Démarrage un peu chaotique et passage dans des sentes animales, plus ou moins bien tracées en forêt, avant de rejoindre une belle estive. En fait, pour y accéder, un chemin forestier était à chercher plus bas. Il suffisait de partir NE et non « plein nord » à partir du refuge d’Arrioutort. Repéré pour la prochaine fois…
Traversée de l’estive pour rejoindre la croupe qui domine le talweg où coule le gave. Arrivé sur la croupe, la forêt reprend ses droits. Elle est propre et sans broussaille. J’y pénètre sur ma gauche. Bingo : très vite, une ancienne sente, en Z facilement reconnaissable, me conduit naturellement au GR emprunté en 2019. Le tour est joué. Bonne pioche !
Pour le reste la sortie sera identique à celle de 2019. Les coups de coeur : la vue depuis le Lasnères, la descente de la crête fleurie de Besse et le col de Besse et comme toujours la vue depuis la cabane d’Arrioutort vers l’Escala, le col de la Taillandière, le Montagnon d’Iseye et le Lasnères. Ce secteur : un beau coin. Croisé personne sur le Lasnères alors que les randonneurs montent « en masse », par le col de la Taillandière, depuis Iseye vers le lac du Montagnon en forme de coeur. Il suffit de sortir des sentiers battus.
Fatigue à l’arrivée, suite à 1600m de dénivelé et après une pause trop longue de 10 jours. Sortir plus régulièrement.
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s