Matinée blanche à Anéou, repli compensateur chez « Sancho »!


Matinée blanche sur le cirque d'Anéou

Matinée blanche sur le cirque d’Anéou

Départ : parking d’Anéou sur la D934, sous le col du Pourtalet
Destination : col d’Anéou et plus si… (le temps le permet)
Qui : Collective du CAF conduite par Béatrice de Voogd et Olivier Blanchet
Quand : 4 mars 2017

Météo France avait prévu 30 cms de neige à 1800 m pour la nuit. Dès Laruns, les arbres sont couverts de neige fraîche. Celle que l’on aime : Légère, fine, virevoltante.
La voiture grimpe sous une magnifique voute de branches, croulante sous le poids de la neige. La route devient cathédrale. On a vu cela mille fois et pourtant le régal est toujours le même. Pas de lassitude devant le blanc virginal.

Prouesses des prévisionnistes, il y a bien 30 cms de neige fraîche en arrivant au cirque d’Anéou ⓣ. Merci les « gars » de Météo France !
Merci aussi à ceux de « l’équipement » qui ont déjà dégagé la route.
Si certains politiques veulent faire disparaitre des milliers de fonctionnaires, « please » surtout pas ceux-là !

Bémol à Anéou : luminosité zéro pointé ! Rafales de vent. Flocons de neige. Quelques degrés en dessous de zéro. Les collectives de Béatrice et d’Olivier se regroupent. Olivier devant, Béa derrière. Serre-file. Le mot file est si vrai : 15 randonneurs, une seule trace.

Olivier « progresse » dans une neige, toute fraîche, relativement humide et profonde. Exercice physiquement engagé. Les conversions se succèdent. Amont, aval. Rien n’y fait, cela reste toujours un peu « pensum ». Laurence prend le relais, puis moi.

Découverte de la solitude du « leader » : seul devant. Mener le train. Rester régulier. Pas vraiment le temps de se retourner. Tracer dans la profonde, un « bel » exercice.
Départ trop rapide. Inévitablement, le palpitant accélère. Passation de pouvoir. On n’a pas toujours 18 ans ! La prochaine fois, départ plus lent.

Le soleil apparait une poignée de secondes. Bref instant qui permet à l’Ossau ⓣ de se dévoiler. En arrivant au col d’Anéou, à nouveau, rafales et neige. Têtes rentrées dans les épaules. Difficultés pour prendre des photos. Dos au vent, le G15 se prépare… à redescendre. Déjà !

La neige humide glisse peu ou pas. Longues traversées sans grand interêt. Pousser sur les bâtons. Rêve de dameuse ou autre ratrack qui rendraient la pente plus skiable. Tentatives avortées de « godilles ». Peu de plongeons vu la faible vitesse permise par la neige et… le parking est déjà là !
Avec lui, le diesel puant, de la voiture voisine, qui tourne pour chauffer l’habitacle. Combien de temps faudra-t’il pour se débarrasser de ces moteurs polluants ? Une éternité qui tuera la planète.

Chez Sancho, dans la célèbre venta du Pourtalet ⓣ, les traits sont marqués. Le vent, le froid ont fait leur effet ! Casse-croûte, convivial et réparateur, accompagné de cerveza, té con leche, mosto, café solo, cortado etcétera

Deux boissons pour 3 euros. Imbattable Sancho. A la cabane de la Glère, sur les pistes de Formigal à deux encablures de là, le Coca était à 5 euros, il y a deux semaines ! La différence : concurrence ici, monopole là-bas.

Merci encore à nos géniaux encadrants. Sans eux, on restait sous la couette ce matin-là !

A plus sur les pentes.

– par Beñat
Bernard Boutin
25 février 2017

– Le verdict du GPS (croisé avec les évaluations faites sur la carte IGN et Basecamp) : Dénivelé 500 m, kilométrage : 7,5 kms, point le plus haut : 2116 m, point le plus bas : 1710 m, durée de la sortie : 4h.
– Encadrants : Béatrice de Voogd et Olivier Blanchet
Participants : Laurence Arzur, Bernard Boutin, Philippe Capelle, Brigitte Dupuch, Christian Ferrere, Corinne Legros, Elisabeth Ricarrere, Etienne Subervie, Marie Pierre Labernadie, Clément Marcel, Marc Bankuti, Serge Depart, Jean-Marc Laulhe
– Les randos d’avant : c’est ICI
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

ⓣ Toponyme, traduction avec l’aide de Jean Lafitte, du Palay, de Wikipédia :
– Pourtalet ⓣ : pourtalét,-lòt; sm. petit portail, petite barrière, portillon, pourtilhoû petit port en montagne
– Anéou ⓣ : (la réponse viendra possiblement d’un contact d’Esterri d’Àneu en Catalogne. A suivre.)
– Ossau ⓣ : Ossau serait dérivé de l’hydronyme *urs, que l’on retrouve dans Ourse.

La trace du jour

La trace du jour

 

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s