Rando au dessus de St Pé de Bigorre : Une première pour Maïlys


La Bigorre à mes pieds...

La Bigorre à mes pieds…

Départ : Peyras au-dessus de St Pé de Bigorre
Destination : Refuge d’Aoulhet, Soums de la Génie Braque, de Male Toulè, de Moulle et les « Tres Crouts » en boucle
Qui : Maïlys et Bernard Boutin
Quand : 25 février 2017

Le temps magnifique, la neige ferme et la variété des paysages font vite oublier le « pensum » de la franche montée de 500 m de dénivelé, située dans une très belle hêtraie, noyée dans un océan de lichen, au-dessus de Peyras et son monastère. Peu paraître monotone. Les couleurs y sont pourtant si belles ! Maïlys étrenne ses chaussures : Pose de « compeeds »!

Sortie de la forêt. La vue se dégage principalement vers Tarbes et sa région noyée sous un nuage gris de « particules fines ». Le refuge d’Aoulhet est dépassé. Des centaines de palombes nous survolent dans un vrombissement d’ailes assourdissant. La neige arrive. Elle est bien ferme sur le flanc nord : méfiance car la glissade peut être longue.

Après avoir longé le soum de Miqueu, arrivée au soum de la Génie Braque. Toutes les rivières du massifs s’appellent des génies ! Au soum et sur toute la crête qui suit, vues magnifiques sur la plaine de Nay et Pau, plus loin. Cinq isards repérés au loin sous le Moulle.

Pause repas sous le Moulle. Papa : « C’est ta meilleure soupe ! » (la cuisse de canard confite aide…). Bonne crème au café en gourmandise. Maïlys fait la sieste.

Passage par les « Trois Croix ». Séance photo puis retour à la boussole au cap 50. Il nous conduit bien au col qui doit nous remettre sur la voie du refuge d’Aoulhet.

Longue descente dans la forêt enflammée par les rayons du soleil couchant. C’est plus sympa que la montée dans la pénombre. Beaucoup de monde monte pour passer la nuit au refuge. Trop ?

Mal au pied. Chaussures trop petites ou chaussettes trop épaisses ? J’enlève les semelles.

Arrivée à Peyras. Fourbus mais contents.

A plus sur les sentes.

par Beñat
Bernard Boutin
25 février 2017

– Le verdict du GPS (croisé avec les évaluations faites sur la carte IGN et Basecamp) : Dénivelé 1240 m, kilométrage : 14 kms, point le plus haut : 1548 m, point le plus bas : 1719 m, durée de la sortie : 8h20.
– Participants : Maïlys Boutin, Bernard Boutin
– Les randos d’avant : c’est ICI
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s