Col de Barèges : un plan B super sympa !


col de Barèges : we dit it !

Plus bas : 1464m Tournaboupᵗ
Plus haut : col de Barèges 2469m
Dénivelé : 1040m
Distance parcourue : 17,7km
Collective du Club Alpin Pau : Françoise Casbas, Diane Vareilles, Sandra Puydoyeux et Bernard Boutin
Météo : beau temps froid. Vent sur les crêtes
Date : 24 janvier 2023

Jeudi dernier, il a plu sur le manteau neigeux jusqu’à 1800 m et gelé en suivant. Improbable météo. Résultat : une épaisse croute en surface sous 1800. Inskiable ! Traversées et conversions obligatoires dans les descentes ! Tous les messages concordaient. L’objectif initial, le classique col d’Aoubé, ne dérobait pas à la règle. Au parking du départ, Jean-Philippe Floras le confirmait. Il y était la veille. Humm…
Il fallait tout d’abord se mettre en route. Pour cause de froid « sibérien », enfin presque, pause café à Luz. L’idée : laisser le temps au soleil d’apparaitre et à la neige de décailler.
Tournaboupᵗ : -11,5°. Sans vent. Ressenti à l’identique. Plan B activé : aller au col de Barèges, au-dessus du cirque d’Aygues-Cluses, sur notre droite, plutôt que vers Aoubé sur notre gauche. L’idée (à nouveau ! il en faut toujours en skirando…): profiter du long cheminement, régulier, avec faible pente et sans virage, pour rejoindre le fond du vallon Dets Coubousᵗ (ᵗ= toponymie – voir au bas du compte-rendu) et la fameuse cote des 1800, au-delà de laquelle était promise une neige de cinéma. Bonne pioche.
Légère couche de poudreuse sous les skis. Progression facile. Une seule trace nous devance. Un skieur solitaire. Au fond du vallon, il part à droite vers Dets Coubous. Nous partons à gauche vers Aygues-Clusesᵗ. Seuls pour un très long moment et sur une neige vierge de trace. Sympa.
Remontée de la Passade de La Pégueᵗ. Sapins chargés de neige. Traces animales multiples. Absence de vent. Belle ambiance. Groupe homogène. Cheminons le long du cours du gave d’Aygues-Cluses. Tantôt à sa droite. Tantôt à sa gauche. Soleil prometteur au bout de la passade qui ouvre sur le cirque d’Aygues Cluses. Encore faut-il en sortir en shuntant, par la gauche, la prise d’eau, seul (petit) obstacle de la journée. Quelques Z resserrés au-dessus de l’eau font l’affaire. Quelques brassées supplémentaires et le, tout nouveau et bien beau, refuge d’Aygues-Cluses apparait. Pause banane méritée. Vue imprenable sur les sommets qui dominent le cirque. Un beau spot pour ce refuge. Dommage qu’il soit fermé. Même pas de salle hors-sac pour des randonneurs en mal de réconfort. Solidarité montagnarde, où es-tu passée ?
Reprise de la montée vers le col. Une longue canole à parcourir. Série de Z sans difficulté. Pentes toujours inférieures à 30°. Session plaisir. Françoise et Diane alternent devant. Sandra peaufine ses conversions. Bernard suit…
Sous le col, beau geste des filles qui laissent passer devant l’Intello. Il faut dire la Mule commence en avoir plein des pattes. On le verra par la suite, son truc à elle (la mule) : ceux sont les descentes en S.
Le col est chauve. Le vent souffle la neige vers les combes. Il fait froid. Rapide selfie commémoratif. Pliage des peaux. Claquement des attaches et c’est parti pour de longues séries de virages en S. Tout du bonheur. Pas de baignoires. Tout le monde à l’aise. Belle surprise. La croute est bien loin. Fraîche à gogo jusqu’au refuge pour une pause déjeuner plus que méritée : il est 14h45 !
Demi-heure plus tard, alors que nous partons, deux espagnols arrivent par au-dessus, depuis un 4 place de La Mongie. Trop facile ! Les deux premiers randonneurs croisés. Il y aura deux surfeurs au bas de la Passade de la Pègue. Peu de monde pour plus de 17 km de parcours.
Descente de la Passade de la Pégue. Les S deviennent plus difficiles. Manque de neige et cailloux affleurants. Rien de bien compliqué mais attention requise pour les semelles.
Arrivée au vallon Dets Caubous. Glisse facile, exclusivement en neige, jusqu’au parking. Sourires partagés. Un bien belle échappée blanche inattendue. Un plan B super sympa. A refaire. Mais où la prochaine fois ? La Mule laisse à l’Intello le soin d’y répondre. Elle se repose.
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
ᵗ Séquence toponymie (source le Palay, le Bourbon, l’inspiration… ) :
Aygues-Cluses : les « eaux confinées » (Palay)
– Tournaboup (tornavop) du gasco tornar = hauteur et vop = renard (Bourbon). Endroit où sévissent les renards.
– Dets Coubous (eths covons) de gascon caubo = creux et covon = lieu. (Bourbon) Endroit où l’eau l’engouffre sous terre pour resurgir plus loin.
– Passade de la Pègue : du gascon pégue = résine, pois (Palay). Le passage est abondamment fourni en sapins.
Crédit photo : Diane Vareilles et Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie</strong

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s