Voeux 2023 au pic de Coos : super cadre, super ambiance !


Coos : haie d’honneur pour Jacky

Plus bas : 860m Listo, 510m Aste
Plus haut : pic de Coos 1844m
Dénivelé : 1180m Listo, 1460m Aste
Distance parcourue : 16,2km Listo, 12,5km Aste
– Participants Listo : Brahim, Marc, Francis, Christophe, Sylvie, Patricia, Catherine, Olivier, Lélé, Henri-Michel, Robert M. Robert V. encadrés par Jacky et Bruno
– Participants Aste : Marie, Nadine, Christine, Catherine, Jean-Luc, Jeans-Pierre, Juan-Miguel encadrés par Bernard et Jean-Luc

Météo : grand beau temps frais, bonne luminosité, pas de vent
Date : 5 janvier 2023

Très beau moment festif au sommet du pic de Coos, atteint depuis Listo par 14 participants, depuis Asteᵗ par 9 autres randonneurs. Objectif : fêter la nouvelle année 2023 comme il se doit. Lui donner le meilleur élan possible. Faire en sorte que les Pyrénées, terrain de jeux inégalable, soient à la hauteur des attentes de tous, pour les 365 jours à venir.
D’entrée de jeu la scène est parfaite : belle luminosité, chaudes couleurs fauves sur les pentes, température fraiche « ma non troppo », vent repoussé au loin. Les participants sont en pleine forme, même si certains paraissent encore marqués par les fêtes de fin d’année…
Arrivés au pic de Coos, depuis les crêtes éponymes, « Aste » organise une double haie d’honneur, bâtons levés au ciel, pour « Listo » qui remonte hardiment la crête entre le col d’Agnouresᵗ et le Coos. Les premiers se rapprochent. Aste scande, avec vigueur, le « compte à rebours » pour encourager les grimpeurs : 5, 4, 3, 2, 1… suivi d’un « Bonne Année » sonore. L’exercice se répète 14 fois jusqu’à ce que les derniers arrivants de Listo rejoignent le tunnel de la haïe d’honneur. L’ambiance est donnée. Sourire généralisé. Fatigue évanouie. Convivialité totale. La fête commence.
Coosᵗ (ᵗ= toponymie – voir au bas du compte-rendu) est plat. Il doit son nom à la racine latine codolu, coto = coteau, monticule. Là-haut, les 23 sont à l’aise. Tous s’installent face… au Sesques. Pourquoi lui ? Sommet le plus enneigé ou tout simplement pour éviter le soleil rasant qui arrive plein sud ?
Commence une longue noria de boissons et de solides divers. De quoi monter un restaurant ! De mémoire de Mule, on n’avait jamais vu une telle profusion. Côté liquide : cidre, vin de noix, Jurançon, Proseco, vin rouge, vin chaud circulent. Choix prudent pour tous. Pas d’excès. Il faudra bien redescendre… Côté solide : roulés au poulet, roulés au saumon, feuilletés au saumon, tomates cerise et déserts en nombre : Kugelhof, 3 ou 4 fournées différentes de canelés, financiers, crêpes etc. Café, alcool et mignardises : calvados, eau de vie de mandarine, chocolats et givrettes…
Plus tard, au café à Louvie, apparaitront des moelleux aux pommes et un gâteau de la St Nicolas. Surtout ne plus dire que les cafistes sont des grimpeurs forcenés qui ne savent pas s’arrêter. En tout cas, en ce 5 janvier, ce sont avant tout des épicuriens. Brahim, tout étonné, aura même droit à 2 siestes !
Arrivé, au Coos, à 11h50, Aste ne quittera les lieux que 2 heures plus tard. Prendre le temps de vivre…
Descente pour les deux groupes vers le col d’Agnourès où l’un part directement sur Aste et l’autre vers le pic d’Auzu et Listo.
De retour au parking, déjà germe l’idée de célébrer 2024, à nouveau au pic de Coos, si l’absence de neige le permet, avec un troisième groupe qui lui, montrait, depuis Aste en suivant le cours du Lamay, gave prenant sa source sous le col d’Agnourès. Reste 365 jours à patienter pour reconnaitre le plaisir d’un tel moment convivial.
Bonne année à tous et à plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
ᵗ Séquence toponymie (source le Palay, le Bourbon, l’inspiration… ) :
– Aste en basque ast, aitz = pointe rocheuse (Bourbon)
– Toussau (Tossau) du gascon tossau, tusse = butte, tête, cime (Bourbon)
– Coos du latin codolu, coto = caillou, coteau, monticule (Bourbon)
– Agnoures du gasçon agnére = jeune brebis, agnelle (Palay). Lieu où naissent les agneaux (Bourbon)
– Lallène du gascon légna = bois de chauffage (Palay). Col par où transitait du bois de chauffage (Bourbon)

Crédit photo : Jean-Pierre Gspann, Jean-Claude Tulasne et Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s