Permayou Ronglet en boucle : les immortelles de Nadau…


« l’immortèla » sous le Permayou

Plus bas : parking Arraille 850m
Plus haut : pic Permayou 2336m
Dénivelé : 1620m
Distance parcourue : 14,4km
Participants CAF de Pau : Mathieu Appé, Alain Colman, Christine Floras, Nadine Laborde, Jean-Marc Laulhe, Michel Monbeig encadrés par Bernard Boutin et Xavier Damez
Météo : de « craignos » à bien
Date : 23 juin 2022

La météo était variable, indécise, ce qui n’empêche pas l’équipe de démarrer à 8h au « parking » d’Arraille (850m), au-dessus d’Accous. Cette équipe, écrivons-le de suite : un excellent cru. La preuve : au départ, un panneau indique le col d’Iseye (1836m) à 3h15 et… nous y sommes 2h plus tard, pauses comprises. Du 500m à l’heure deux heures d’affilées !
Brume et brouillard pour démarrer. Ambiance identique à la cabane Lapassa. Berger à la traite. Border-collies affectueux. Continuons sur les estives grasses et humides.
Au-niveau de la cabane d’Escurets, sous le col d’Iseye, le temps se « dégage ». Curieuse expression. Pause au col. Magnifique mer de nuages, dans les vallées, sous nos yeux. Brève contemplation. Toujours trop courte.
Remontée de la crête nord du Permayou. Inflexion sur notre droite pour aller longer les falaises sud de la crête. Rocailles calcaires sous nos pieds.
Vers la côte 2150, la crête est rejointe. Belles vues tout azimuts avec mer de nuage en décors théâtral. Magnifique tapis de fleurs sous nos pieds. Dense et varié. Beaucoup d’immortelles (les édelweiss de Nadau !à écouter absolument avec son sous-titrage en français. Nadau, interprète incomparable de nos sensations montagnardes), des anémones à feuille de narcisse, du trèfle alpin, des antillide des montagnes, nigritelles etc. Au sommet, dans une cheminée, de l’arnica ou doronic à grande fleur.
Un izard, un seul, nous observe. A notre approche, il déguerpit et laisse derrière lui, le cadavre récent d’un chevreau (petit de l’izard). Pas de trace de blessure pour l’animal sur ce terrain herbeux et non exposé. Les vautours ne sont pas encore là. Ils ne sauraient tarder.
Sommet atteint. Il est 11h45. Bien marché. Longue pause déjeuner, installés sur le parterre floral. Contemplation toujours.
Petit moment d’hésitation pour retrouver la voie descendante vers la crête qui conduit au col de Liard et au Ronglet. Une longue crête qui, sur la gauche, ouvre un point de vue magnifique sur Ansabère et le cirque de Lescun. Cette crête facile : un autre beau moment.
Au bas de la crête, le col de Liard qui reliait le col d’Iseye au vallon de Pédaing. « Qui reliait » : un imparfait pour rappeler que ces cols ne voient plus passer que quelques randonneurs de temps à autre. Devant le col, une courte montée et un passage, main au rocher, demandant attention pour rejoindre l’étroit sommet du Ronglet. Petite séance concentration « ludique » après de longues heures de marche ! Etonnants saxifrages à feuilles longues répartis sur les parois proches. Photo souvenir et retour sur nos pas vers le col. Attention requise. Glisser interdit.
Au col, « basculons » plein ouest pour rejoindre le col du Ronglet. Pente en herbe épaisse. Une sente animale rejoint le col sans difficulté. Belles vues à nouveau vers la cabane de Narbèze et derrière, au fond, le cirque de Lescun. Chanceux d’avoir cela sous nos yeux. S’en souvenir !
La descente du col du Ronglet à la cabane de Lapassa est le pensum de la journée. Pente soutenue, en herbe d’abord, en caillasse ensuite. Un long casse-patte. Les genoux trinquent. A l’approche de la cabane, une sente latérale (enfin une !) nous amène au bois qui la domine. Session sanglier, pas trop compliquée après la pénible descente. Un moindre mal : le sécateur reste dans le sac.
Cabane : pause rapide. Eau fraiche. Berger là-haut sur la crête d’Araille. Absent. Dommage, un moment d’échanges « ours ou loups, labrits ou border-collies, brebis-lait ou brebis-viande et autres curiosités… » aurait été instructif. Une autre fois.
Retour par l’aller sans pause, ni contemplation. La dose devait être pleine…
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Séquence toponymie (source le Palay et le Bourbon) :
– Permayou (permajor): du gascon pèria + major – roc grand, sommet pierreux
– Liard : du gascon liar = dalle de schiste
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s