Piémont – Aste : boucle printanière par Lallène et Tousseau


restaurant « Chez Coos » !
Plus bas : 510 m (village d’Aste)
Plus haut : crête de Coos 1830 m
Dénivelé : 1420 m
Distance parcourue : 14 km
Participant : Bernard Boutin en randonnée solitaire
Météo : « très beau soleil printanier, sans vent »
Date : 6 avril 2022

Départ depuis le village d’Aste. Remontée de l’historique chemin des bergers vers les granges du port d’Aste. Montée rude au début, plus calme ensuite. Après 500 m de dénivelé et 2,5 km, arrivée aux granges, toutes dans le « jus » d’antan : plein pied, murs en pierre, charpente bois, couverture en ardoises, orientation plein ouest, pour toutes, face au « Cinq Monts », de l’autre côté de la vallée. Un cadre unique. Une ambiance « patrimoniale ». A voir absolument.
Continuation vers le collet des Cutchets. Observations de beaux milans royaux. Les plus « aériens » des rapaces.
Pause avant d’attaquer la neige en direction des pentes nord du col de Lallène qui permet de traverser du N au S, la crête de Coos qui joint le Tousseau au Jaout.
Sous le col, neige plus croute de regel = pose des crampons. Mieux vaut ne pas glisser. Les cailloux apparents pourraient faire mal. Au col, magie du Piémont : vue ouverte sur 180°, du pic du Midi de Bigorre aux sommets qui dominent le Bénou. Face à moi : Gabizos, Ger, Ossau, Sesques pour en nommer quelques uns. Toutes des faces nords enneigées. Pas de vent. Beau soleil. Personne à l’horizon.
Remontée, en direction Ouest, dans une neige exposée au soleil, plus humide, vers le point le plus haut de la journée sur la crête de Coos : 1830 m. Pas besoin d’aller haut, ni loin pour « s’évader »…
Pause-casse-crôute au sommet face aux Pyrénées. Le Piémont, face au sud, c’est comme le boulevard des Pyrénées à Pau, en bien plus proche, en bien plus calme. Un cadre 5 étoiles pour manger.
Descente le long de la crête dans la neige. Quelques traces d’animaux : renards, izards. Premières jonquilles aussi.
Passage au Tousseau avant d’attaquer la longue descente de la crête de Guttérès. Magie des crêtes : vue devant, vue sur la gauche, vue sur la droite.
Un couple la remonte. Bien tardivement ! Passé 14h, on descend d’habitude.
Descente toujours. Contournement du Coigt des Arrates. Quelques vautours fauves, paresseux comme d’hab, profitent des ascendants.
Retour sur le « chemin des bergers ». La boucle est bouclée. Plein les pattes. Jambes raides pour terminer, fourbu mais content.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s