Bosmendieta et Sahalgagne depuis Etxebarre


plateau de Salhagagne

Plus bas : 312 m (parking pisciculture Etxebarre)
Plus haut : 1044 m (pic Sahalgagne)
Dénivelé montant et descendant 850 m
Distance parcourue : 16 km
Une sortie en famille avec Maïlys et Bernard
Météo : température fraîche, du vent sur les crêtes, un peu de pluie à la descente
Date : 13 mai 2021

Départ depuis la pisciculture d’Etxebarre, située à quelques kms au sud de Tardets, pour remonter aux estives de Bosmendieta et Sahalgagne. Coin de Soule isolé, méconnu, calme où règne un pastoralisme « tranquille ». Moutons à tête noire, moutons à museaux noirs, blondes d’Aquitaine…
Traversée du beau petit village d’Etxebarre. Ambiance basco-béarnaise pour l’habitat avec ses volets rouges, sa croix au graphisme basque d’un coté, et ses ardoises grises pour le côté béarnais.
Remontée dans de belles forêts, de chênes et de hêtres, sur de larges sentes sans difficulté aucune. Un chevreuil, tapis dans les bois, nous repère et se met à aboyer après nous. Il est manifestement très mécontent de notre passage.
Arrivée sur les amples estives. Le vent claque. Il fait frais. Sur la carte IGN, proche du cayolar de Olhaberria, une table d’orientation est mentionnée sur un petit promontoire. On y monte pour découvrir que la table d’orientation n’y est pas mais à 200/300 m à vol d’oiseau ! Le vent froid nous dissuade de revenir en arrière.
Observation d’un circaète Jean le Blanc, grand rapace (jusqu’à 1,75m d’envergure) qui se nourrit de serpents et lézards. Les espagnols ont un nom plus parlant pour lui : Aguila culebrera (aigle mangeur de couleuvre). Les italiens le définissent par sa couleur : Biancone ! Sa tête blanche immaculée, aux yeux cernés de noir, est « impressionnante » (une observation déjà faite, sur un couple, il y a quelques années au sommet de la Collarada).
Replis dans un coin de forêt pour casser la croute, assis sur un talus, à l’abri du vent. Pas top ! Deux tiques s’attaquent à Maïlys. La pince à tiques du « fond de sac » est une fois de plus utile.
A partir du pic Salhagagne, belle et longue descente en ligne de crête pour rejoindre le parking. Dommage que la pluie menace ou s’installe brièvement, le trajet est réellement agréable et pousse à la contemplation.
Arrivée au parking sans que la pluie n’ait réellement été un problème. A refaire par beau temps.
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI 
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s