vallée d’Aspe : une originale montée (en boucle) à Lescun !


plateau de Lescun

Plus bas : 440 m (parking centrale EDF du pont d’Esquit)
Plus haut : 1440 m (point haut dans forêt d’Anitch)
Dénivelé montant et descendant 1270 m
Distance parcourue : 19,1 km
Participants : Catherine Jammes, Didier Mazoin, Maïlys et Bernard Boutin
Météo : journée assez ensoleillée avec de fraîches rafales de vent du Nord
Date : 18 mars 2021
Belle et longue sortie, sur un tracé totalement nouveau pour les participants. Départ depuis un lieu inhabituel : le parking, situé à côté de la centrale EDF d’Esquit au fond de la vallée de Bedous, avant de pénétrer dans le défilé d’Esquit.
Dès le départ, entre le rocher de Pennebouchère et le crête de Pausaté, les pentes sont fermes. Sur sentes d’abord, chemin forestier ensuite. Très belles vues (inhabituelles elles-aussi !) sur toute la vallée de Bedous et ses nombreux villages : Lées, Athas, Osse, Bedous et Accous pour ne citer que les principaux.
A la hauteur de Bengase, marchons un long moment en courbe de niveau pour rejoindre la forêt d’Anitch. Longeons plusieurs granges en parfait état qui jouissent de superbes vues sur la vallée du Somport. Vivre au bout du monde sans y aller !
Traversée d’un talweg et entrée dans une forêt de hêtres. De très beau fûts. Ceux de la Marine Royale ?
Jolis parterres de Jacinthes des Pyrénées. Preuve d’humidité des lieux.
Arrivée à une crête (963 m) et erreur d’orientation du « rapporteur-rédacteur » : prenons la crête « bille-en-tête » alors qu’il fallait remonter… la suivante. Pénétrons plus encore dans la forêt d’Anitch. Bon éclairage, belle luminosité. Parcours sympa.
Arrivée à un carrefour (cote 1395), un panneau indique le Cuyalar du Boué au nord! Où sommes-nous donc ? Sortie de la carte IGN (ne jamais l’oublier vous rabâche t’on en formation !). Sortie tardive pour se rendre compte que l’on est « hors-programme ».
Décidons de partir à l’opposé du Cuyalar, plein-sud, sur la sente qui rejoint le refuge de l’Abérouat. A mi-parcours, un pointillé sur la carte indique un sentier, sur notre gauche, qui doit permettre de rejoindre les pentes ouest du pic d’Ourtasse qui domine Lescun. La neige fraîche, sous les pieds depuis un moment, le camoufle. Insuffisamment à nos yeux de lynx ! Méfiance pour ne pas glisser. Sommes sur une pente NE. Le sentier est envahit par de jeunes pousses d’arbres. Restons en courbe de niveau à + ou – 1400 m. Pas compliqué et 500 m plus loin : l’apothéose ! La vue se dégage, au sud, sur le cirque de Lescun. Magnifique panorama qui va du pic d’Anie à droite au village de Lescun à gauche. Une erreur d’orientation qui s’achève pour le meilleur !
Sommes sur une estive propre, bien dégagée, qu’il ne nous reste plus qu’à descendre par un large sentier. GR 10 rejoint. Village vite atteint.
Un 18 mars, de rares touristes frôlent les murs. Seule l’épicerie est ouverte. Boissons achetées sur place et casse-croûte dégusté sur les tables de l’épicier. Sympa. Le soleil est toujours présent. Heureusement, car le fond de l’air est frais.
En face de l’épicerie, une plaque commémore la « Bataille de Lescun » où le 6 septembre 1794, environ 7000 espagnols tentèrent d’envahir la France révolutionnaire et furent arrêtés net par les « locaux » épaulés de grenadiers et de gardes nationaux en nombre bien inférieurs. De quoi alimenter, pendant de nombreuses générations, l’orgueil des « lescunois » ! (plus sur le sujet : ICI )
Couvre-feu de 18h aidant, peu de temps est disponible pour des « recherches historiques » ou échanges avec le nouvel épicier qui vient de reprendre le local. Un estranger !
Retour en passant par le « kiosque » et la trace que nous aurions du prendre à la montée. Au « kiosque », sous un nouvel angle, belle vue du cirque de Lescun. Remontée vers la crête d’Ourtasse, en longeant par au-dessus l’usine Toyal. Plus grande qu’il n’y parait.
A la crête d’Ourtasse (1030 m), plongée parmi les hêtres du bois de Barlâtte. Passage acrobatique du gave de Copen. Fonte des neiges oblige. A nouveau de belles granges en ces lieux éloignés.
Retour sur la crête d’Anitch (960 m) : boucle bouclée suite à l’erreur d’orientation du matin. Une erreur bienvenue qui, en rajoutant 3 km à la sortie, a permis de découvrir de nouveaux horizons et surtout une très belle descente sur le cirque de Lescun. A refaire absolument tel quel.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

La trace du jour en bleu

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s