vallée d’Aure : d’Aiguillettes en Aiguillette !


crête en direction du col du pic de l’Aiguillette

Point le plus bas : 1830 m (parking entrée tunnel Bielsa)
Plus haut : 2396 m (crête au-dessus du col de l’Aiguillette)
Dénivelé montant et descendant : 900 m
Distance parcourue : 10 km

Participants : Vincent Escoula, Patrick Sicé, Didier Mazoin et Bernard Boutin
Météo : beau temps avant que le ciel ne se couvre. Température printanière
Neige : crouteuse. Compliquée à skier.
Date : 15 février 2021

Le retrait de la neige fait aller plus loin d’où cette sortie entre « potes », au fond de la vallée d’Aure, à partir de l’entrée du tunnel de Bielsa (1830 m). La neige est encore là mais, c’est déjà limite. Le portage est pour demain si la météo ne se refroidit pas.
Claquement des attaches et premier objectif du jour : rejoindre la Hourquette des Aiguillettes (hourquéte : petit col en gascon). Pour cela, il s’agit de commencer par remonter le vallon du Hourquet sur une neige soit tôlée, soit crouteuse. A mi-vallon (altitude 2050 m), passage du fond du talweg pour partir vers le nord. Pose des couteaux. Après une longue traversée latérale qui se termine par quelques Z secs, arrivée à l’entrée d’un replat où est installée la balise Nivose des Aiguillettes. Pourquoi à cet endroit en particulier ? Mystère.
Continuation en direction de la Hourquette des Aiguillettes. Nouvelle série de Z dans un petit couloir resserré, traversée NNE et arrivée au collet (2230) au milieu de la crête des Aiguillettes. Une magnifique vue se dégage sur la partie ouest du cirque de Barroude (pic de la Gèla, du Gerbat et Petit pic Blanc). Dépeautage et descente, direction NO, le long des flancs ouest du pène de Saux et du pic de la Bourgade. Neige crouteuse peu franche : regrets. Une baignoire. Le temps des S harmonieux n’est pas là. Déception alors que les amples pentes en herbe les appellent. Arrêt à la cote 1920, la neige se raréfie.
Pose à nouveau des peaux et remontée vers la Hourquette, non sans avoir contemplé la terrible falaise de Barroude. Un premier grondement, puis d’autres. Il est tôt et déjà des coulées de neige partent depuis la crête du cirque. Confirmation pour nous que la traversée, de la crête de Port Vieux jusqu’au port de Bielsa, exposée plein sud avec des températures anormalement chaudes, est un risque à ne pas prendre. Un plan B s’impose naturellement : rejoindre le col du pic de l’Aiguillette par la crête qui le relie à l’Hourquette des Aiguillettes. Ensuite, descendre à ski le vallon du Hourquet jusqu’au parking.
Sous la Hourquette, orientation est prise plein sud pour rejoindre la crête des Aiguillettes. Remontée facile et belle crête à parcourir. A l’Est, au fond, les Posets (3375 m). A l’Ouest la formidable muraille de Barroude (plus haut : pic de Troumouse 3085 m). Les grands de ce petit monde.
Au-dessus du col du pic de l’Aiguillettes, au point le plus haut de la journée, à  2400 m : pause déjeuner. Beaucoup de monde à skis ou en raquette sur la crête, au col ou encore au sommet du pic de l’Aiguillette. Beau spectacle que de voir les skieurs redescendre les pentes nord abruptes du pic. Quelques chutes impressionnantes. La neige molle bloque toute glissade. Heureusement.
On se croit loin. Notre monde est un mouchoir de poche : Françoise remonte la crête entre col et Hourquette. Surprise. Souvenirs de moments partagés autour d’amis communs. Mais déjà, il lui faut partir. Son groupe s’est éloigné. Moment sympathique, inattendu… et trop bref, comme tant et tant d’instants en montagne.
Claquement des attaches, le col est à quelques dizaines de mètres. Début de descente. Un peu de tôle, beaucoup de croûte. S hésitants, S tremblants, S fiévreux. Baignoire. Le « stem » des années 60 : une début de solution pour assurer.
Un aveu quand même : Vincent se joue de ces misères et enchaîne les virages avec assurance. Le monde restera toujours inégal. Quoiqu’on fasse…
Au bas de la piste, la neige est meilleure. Quelques bons mouvements pour tous. Jamais trop tard.
A l’arrivée au parking, brutal retour sur terre. A la sortie du tunnel de Bielsa : quatre policiers contrôlent les tests PCR de français qui reviennent d’Espagne. Vite repartir sur les crêtes…
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

la trace du jour

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s