Astú : montée triple peine, descente double peine !


direction le col d’Astú

Point le plus bas : 1722 m (parking Anéou), plus haut : 2120 m (sous le col d’Astu), dénivelé montant et descendant 950 m, distance parcourue : 15,9 km
Participants du Club Alpin :
– pour le club de la Vallée d’Ossau : Emilie Di Domenico, Christine Cauhapé, Jeremy Williams, Yves Guinard, Jennifer de Canet encadrés par Olivier Blanchet
– pour le club palois : Jean-Pierre Belaygue, Amélie Bonneau, Xavier Damez, Didier Mazoin encadrés par Bernard Boutin.
Météo : brume accrochée aux sommets du coté de la crête frontière. Température trop chaude.
Neige : humide
Date : 11 février 2021
Au parking d’Anéou, le cirque est toujours aussi beau au petit matin. Ciel dégagé. Le soleil levant lèche les sommets qui garnissent la crête frontière. Paysage unique et inégalable. Anéou : « le jardin des palois », expression chère à Olivier, homme orchestre du jour, dévoile totalement son esthétique allure.
Claquement des attaches, sifflements des DVA et c’est parti pour une longue remontée vers le col de Bious. Cinq à dix centimètres de fraîche sous les planches. De quoi faire de belles traces. Olivier ouvre.
Dépeautage au col et première descente. Le ciel s’est couvert, le grand-blanc nous cueille. Premier bug pour celui qui passe devant : par où passer ? Le blanc du ciel et le blanc du sol ne font qu’un ! Hésitations pour Bernard. Jennifer à l’aise. Quelques belles séries de S pour tous, quelques baignoires aussi.

sabot droit !

Arrivés dans le vallon : repeautage et montée vers le col d’Astú. Avec le grand blanc, la neige poudreuse s’est singulièrement alourdie. Montée compte double, surtout pour l’éclaireur qui trace une fraîche moins fraîche que jamais. Relais devant : Didier puis Yves. La neige est entre deux: plus tout à fait poudreuse légère, pas encore soupe. Les peaux s’humidifient. Bottage. La fête devient pensum. Montée triple peine.

Le BERA mentionnait des « départs spontanés plus nombreux vers les massifs frontaliers » et augurait « de déclenchements skieurs de plaques » dans ces mêmes massifs. Chaud devant. Nous approchons la crête frontière et sommes sur des pentes Est : au beau milieu des pentes les plus dangereuses alors que la neige devient toujours plus alourdie et collante.
Sous le col d’Astú, un replat : pause casse-croûte est décidée puis un retour, sur nos pas, en suivant. Le grand blanc bouche la vue. L’objectif du jour : le pic d’Astú, avec passage en boucle par le « quartier du Rébec », sera pour plus tard. Temps de réconfort vite expédié. Rien n’incite à la contemplation.

sabot gauche !

Les peaux de phoques, trempées, sont pliées dans les sacs. Nouveau claquement des attaches. Commence une séquence double peine : la neige colle, la neige soupe. Séries de S avec peine. Les cuisses chauffent. Labourage. Les S perdent en harmonie. La ligne droite devient la norme. Les bâtons passent en mode « poussage ».
Sous le col d’Anéou, repeautage. Neige lourde, sabots sous les skis, digestion lourde: nouvelle séquence « triple peine ». Il bruine même un peu. La file des randonneurs s’étire. Jean-Pierre trace devant à bon rythme, Christine, Jennifer et Didier derrière. Les autres s’accrochent, plus loin. Les cuisses chauffent à nouveau, les palpitants accélèrent.
Au col, les peaux remisées, la descente vers le parking débute. Olivier maîtrise. Dans le grand blanc qui nous entoure, il est à l’aise. Même si la neige est maintenant soupe et pousser sur les bâtons, la norme.
On dirait même que ses skis savent où aller : longer le gave de la Glère, rejoindre le Plaa du même nom, traverser le Lalagüe, légèrement remonter pour continuer sur la cabane de Houns de Gabès, puis le parking. Un sans faute : « Jardin des palois » : possiblement. « Jardin d’Olivier » : certainement ! Pas un recoin ne lui échappe.
« montée triple peine, descente double peine » pour autant excellente ambiance entre tous, relais assurés, belles rencontres, maîtrise des mots, maîtrise des gestes, conversations animées en voiture. Une aventure collective qui en appelle d’autres.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s