Anéou : boucle par les cols de L’Iou et de Bious


pic du Midi d’Ossau

Point le plus bas : 1723 m (pk Anéou), plus haut : 2192 m (col de L’iou), dénivelé montant et descendant : 910 m, distance parcourue : 13,7 km
Participant : Didier Mazoin et Bernard Boutin.
Météo : beau temps trop chaud pour la neige !
Date : 22 décembre 2020

Des températures supérieures à 18° étaient annoncées, pour la plaine, avec beau soleil. La crainte que ce début de saison de ski (2è sortie de l’année) ne s’achève précipitamment nous fait monter à Anéou sans perte de temps.
Une croute de regel s’étant produite durant la nuit, le choix est de skier sur des pentes rapidement exposées au soleil. Objectif : faire une boucle en montant vers le col de L’Iou pour descendre ensuite dans la vallée de Bious, en longeant le Pène de Peyreget. Une fois atteinte la vallée, repeautage pour traverser la Courade et monter vers le col d’Anéou ou de Bious.
Au col, descente vers la voiture, en traversant le gave de la Glère, puis en longeant la cabane de Houns de Gabès et le centre pastoral.
Le plus sympa : la descente, dominée par la falaise rocheuse du Pène de Peyreget dans une belle ambiance sauvage avec pins à crochets – le sapin de Noël des ossalois ! Personne dans le coin. Ski sympa dans une neige ferme au niveau du col de L’Iou qui devient un peu trop humide au niveau de la vallée de Bious.
Ensuite, belle remontée, sans difficulté, vers le col d’Anéou ou de Bious. Rafales au col. Dépeautage et ski sympa à nouveau pour rejoindre et traverser le gave de la Glère. Passé celui-ci, la neige est trop molle pour pouvoir se faire réellement plaisir.
Photo surprenante : le pic du Midi d’Ossau depuis le col de L’Iou. Par un effet d’optique, le Petit pic et le Grand pic ont la même taille. Jean et Pierre étaient-ils jumeaux ?
Déjeuner « cool », confortablement assis sur le mur, du centre pastoral face au soleil. Des « petites familles » et des raquettistes en nombre à Anéou. Nous n’avions vu que deux skieurs entre les cols de l’Iou et d’Anéou. Espace et solitude : luxe des randonneurs à skis.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.