Traversée par le Piméné : 2 sorties en 1 !


cirque d’Estaubé

Groupe 1 (Gloriettes, Piméné, Gavarnie) : François Delage, Cédric Marque, Catherine Neumann, Dominique Plée encadrés par Xavier Damez
Groupe 2 (Gavarnie, Piméné, Gloriettes) : Ugo Perrocheau, Malika Bellanger, Christine Rubichon encadrés par Bernard Boutin
Way-points groupe 2 : Gavarnie (départ : 1380), pont de Passet, cabane d’Alans, refuge des Espuguettes, col du Piméné (2520), Piméné (2801), Petit Piméné (2667), cirque d’Estaubé, lac des Gloriettes (1668)
Groupe 2 : D+ : 1530 m / D- : 1250 m / Distance : 18,3 km / Temps : grand beau sans vent. Superbe ambiance d’automne.

7h30 : départ dans la pénombre. Montée franche en Z, dès le pont de Passet. 8h : les cloches de Gavarnie sonnent. Un oiseau, caché dans la forêt, leur répond. Tout est possible!
Plateau d’Alens et sa cabane : le soleil lèche les crêtes du cirque de Gavarnie. Pause. Vue magnifique. Elle le restera durant toute la montée (comme pour la descente par Estaubé) : une sortie Champagne.
Traversée pour rejoindre le GR qui relie le refuge des Espuguettes à la Hourquette d’Alans. Bon rythme pour tous. Air frais comme il le faut. Remontée vers la Hourquette et bifurcation pour partir plein Nord au col du Piméné. Cheminement sans difficulté aucune.
Au col, le groupe 1 n’est ni devant, ni derrière ! Pause en attendant. Toujours rien. Départ pour le Piméné qui est atteint à 11h30. Quinze minutes plus tard, le groupe 1 arrive. Abrazos. Contents de se retrouver. Pause casse-croûte. Photo session.
Cérémonie désormais classique des TEC (traversée échange de clefs) : échange des clefs de voitures. Instructions données aux conducteurs : les vitres arrières semblent le maillon faible : « surtout ne pas les descendre ».
Le Piméné : un belvédère d’exception face à ses deux grands cirques : Gavarnie et Estaubé. Longues contemplations.
Descente groupée pour tous, en passant par le Petit Piméné (2520). Au col, le groupe 1 plonge vers l’ouest et Gavarnie. Le groupe 2 continue sur la crête sud puis bascule sur les pentes SE afin d’éviter de passer par la Hourquette d’Alans. Une sente bien cairnée apparait et permet de rejoindre facilement le sentier qui relie Estaubé à la Hourquette. Bonne pioche ! La manip économise 170 mètres de dénivelé montant. La sortie prévue à 1700 m de dénivelé tombe à 1530 !
Longue descente ensuite vers le gave d’Estaubé. Le refuge de Tuquerouye ne se devine pas mais le couloir qui y conduit est bien visible, derrière sa « borne ». Le Port Neuf de Pinéde est lui bien droit devant. Territoires inconnus derrière.
Plus bas, les marmottes se laissent approcher. Les crocus d’hiver sont en beauté. Les tourbillons du gave d’Estaubé ont crée de belles piscines. Un beau coin. Plus le lac des Gloriettes approche, plus les « randonneurs du dimanche » sont nombreux.
Traversée du barrage et derniers coups d’oeil vers le cirque d’Estaubé. La journée avait commencé avec le cirque de Gavarnie sous les yeux. Elle se termine avec celui d’Estaubé. Deux sorties en une !
Regroupement des deux équipes à Gèdre. Le groupe 1 attend depuis « un certain temps »! La longue descente du vallon d’Estaubé, tout comme sa longue montée le matin, n’auront pas permis une parfaite synchronisation des équipes. Mais qu’importe, le bonheur est dans les yeux.
Pour les photos, c’est : ICI
A plus sur les sentes.

– par Beñat

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s