Traversée par le refuge Packe : super sympa !


le refuge Packe face au pic Long

Groupe 1 : Malika Bellanger, Michel Cambayou, Nathalie Delahaye, Bruno Lahalle, Chantal Loustau, Valérie Mari, Yves Moinel encadrés par Bernard Boutin et Cathy Roques
Groupe 2 : Philippe Capelle, Brigitte Dupuch, Graziella et Jean-Louis Rivault, Christine Rubichon encadrés par Xavier Damez
Way-points (dans le sens du groupe 1) : « Chez Louisette » au-dessus de Barèges, plateau du Lienz, lac et refuge de la Glère, lac de Coume Escure, vallon du Bolou, Mont Arrouy, col du Rabiet, refuge Packe, lac de Rabiet, col de Pierrefitte, vallon de Peyrahitte, parking à Budéraous, au-dessus de Luz.
D+ : 1400 m
D- : 1350 m
Distance : 19,4 km
Belle traversée, concoctée par Xavier Damez. Il la réalise dans le sens Budéraous_ »Chez Louisette » avec son groupe. Ce sera donc en sens inverse pour ma collective.
Retrouvailles pour tous au refuge Packe. Une découvert par beaucoup. Un refuge qui fait partie du patrimoine architectural pyrénéen : même structure en ogive que celui d’Arrémoulit ou Tuquerouye. Construit en 1895, il porte le nom de Charles Packe, un anglais qui participa à son financement. Grand pyrénéiste de l’époque de Russell, mais plus discret, Mister Packe serait aussi l’inventeur du sac de couchage et a introduit le Patou en Angleterre. La petite histoire dans la grande. Plus sur le personnage : c’est ICI 
Longue pause sur place pour les 15 cafistes. Calme et superbes vues sur le pic Long, le Turon du Néouvielle et plus loin la brèche de Roland ou encore le Vignemale. Un lac derrière : le Pourtet. Un lac devant, droit dessous : celui de Rabiet.
« TEC moment » : échange des clefs et recommandations. Telle voiture a une boite automatique ou telle autre est plutôt capricieuse vu son grand âge etc.
Les équipes repartent chacune dans le sens opposé. En tout, ceux sont pas moins de 6 lacs sont longés : La Glère, Coume Escure, Pourtet, Rabiet, Couyela det Mey et Bugarret et deux cols passés : Rabiet et Pierrefitte.
Un tracé sur des cheminements bien tracés : du 2 (technique), 3 (physique) à la portée de beaucoup.
Pour les photos, c’est : ICI
A plus sur les sentes.

– par Beñat

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s