Eldorando 2019 : le Grand Gabizos cède la place au Sanctus !


Crête conduisant au Grand Gabizos

Départ : pk barrage du Tech 1240
Destination : Grand Gabizos
Encadrant : Stéphane Arribarat et co-encadrant : Dominique Vialatte
Participants : 10 randonneurs « eldorando » dont Bernard Boutin
Météo : moyen. Fortes rafales de vents à partir du col d’Uzious et sur les crêtes.

L’objectif initial était de monter au Grand Gabizos, en passant par le vallon du Labas et le col d’Uzious. Sauf que : de fortes rafales de vent nous « accablent » au col d’Uzious et la progression sur les crêtes, qui mènent au Grand Gabizos, devient « hasardeuse ». La sortie s’arrête tout naturellement au Sanctus.
Cette introduction est la même que celle de la semaine précédente. Seuls les noms de lieux changent ! Triste routine.
La nouveauté réside dans l’équipe. Bénévoles cafistes, pour le compte d’Eldorando, nous « embarquons » derrière nous des participants au festival qui se tient à Arrens-Marsous. Des « gens » qui viennent souvent de loin : Toulouse, Béziers, Montpellier, Albi (point en commun entre eux : la région Occitanie) mais aussi de Nay, Artix, Pau, Bayonne. De futurs cafistes potentiels ?
Eldorando, soutenu par La Balaguère, souhaitant créer des conditions de « randonnées balade », n’appelait pas à prendre crampons, piolets et casques pour cette « course ». A l’arrivée, les shorts, tee-shits à manches courtes, chaussures de trail et l’absence de matériel adéquat ne permettait pas d’attaquer la crête, parfois enneigée de Grand Gabizos. Les rafales de vent feront le reste et sagement la « collective » sera contrainte de s’arrêter sous les pentes NE du Sanctus pour déjeuner, un peu à l’abri du vent et du froid. Pas totalement.
Descente « ramasse » sur les pentes sous le col d’Uzious et retour avec un arrêt à la cabane de Bouleste.
Au final, tout le monde est satisfait même si le Grand Gabizos n’est pas « conquis » ce jour-là.
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Le verdict :
– point le plus bas : pk barrage du Tech 1240, point le plus haut : Sanctus 2440, dénivelé : 1290m, distance : 16,4km, temps de la sortie : 8h
– Les randos d’avant : c’est
– Cliquez sur les photos pour les commentaires
– Crédit photo : Beñat

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s