Boucle cirque Anéu, plateau de Bious par cols de l’Iou et d’Anéu : un parcours sympa !


remontée vers le col d’Anéu

Départ : parking Anéou
Destinations : col de l’Iou, vallon de Bious-Artigues, col d’Anéu
Qui : Didier Mazouin et BB
Quand : 24 janvier 2018
Météo : grand beau, température fraiche. Temps : idéal !
Neige : taule, poudreuse, croute etc. Génial : pour tous les gouts !
Ce parcours avait été fait, en collective CAF, il y a quelques semaines, avec brouillard, bruine et vent en accompagnement (voir ICI). Un parcours intéressant et beau notamment lors de la descente à ski vers le vallon de Bious-Artigues. Une bonne raison pour venir le revisiter par grand beau temps et constater qu’il y a là une belle boucle à faire chaque année. Pas difficile, pas trop longue ni trop « dénivelée ».
Un bon moment passé en compagnie de Didier Mazoin, membre du CAF qui, comme moi, souhaite sortir un peu du rythme des collectives où nous nous mettons en situation de dépendance. De suiveur.
Une occasion de reprendre en main « ma destinée » et organiser mon tracé, relire les cartes, analyser le terrain et non pas le laisser faire à un encadrant, si dévoué et sympathique soit-il ! Une solution trop simple à mon gré. La montagne, c’est aussi la préparation, l’analyse, l’orientation, l’observation du terrain etc.
Ne pas être comme un mouton et suivre « stupidement ». Aucun regret dans ce choix.
A plus sur les pentes

– par Beñat

Le verdict du GPS (source : GPS, basecamps et TOPOPIRENEOS ) :
– Point le plus bas : 1717 m (pk d’Anéu sur RN), le plus haut : 2188 m (col de L’Iou), 2080 col d’Anéu, dénivelé montant et descendant : 920 m, durée de la sortie : 5h30, distance parcourue : 13,8 km
– Participants : Didier Mazouin et BB
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s