Aubisque-Jaüt-Aste par les crêtes : « au bonheur des genoux » !


Les crêtes sous le Grum

Départ : col d’Aubisque
Destination : Aste-Béon par le Jaout (2050)
Qui : collective du CAF de Pau et de la vallée d’Ossau
Quand : 22 novembre 2017
Météo : magnifique journée de fin d’automne (une de plus !)

Partir du col d’Aubisque pour descendre, en passant par le Jaüt, à Aste-Béon peut paraitre, a priori, un plan bizarre. A y regarder de plus près, il s’agit en fait d’un cheminement, à 67,13 % (!), sur les crêtes comme on les aime tant au CAF de Pau et de la vallée d’Ossau.
Sur un parcours de 15,3 kilomètres, la première partie de l’Aubisque, par le Grum, jusqu’au col de Louvie, fait 4,6 km de crêtes ininterrompues : celles de Grum suivie de celle de Laudège. Ambiance estive !
A partir du sommet du Jaüt, c’est la crête de Coos, suivie de celle de Gutteres, jusqu’à la côte 1020, qui sont à déguster sur 5,9 km. Un morceau de premier choix.
Entre GPS et BaseCamp, plus rien ne nous échappe. Saint Exupery, dans le « Petit Prince » avait déjà repéré un « malade » de statistiques ! Un « business-man », il me semble. Promis, je range la calculette.
Déguster les crêtes, c’est le mot. Belles vues, à l’infini, à droite, de même à gauche. Plus ou moins plongeantes. C’est quand même sympa d’avoir juste à tourner la tête pour changer de décor ! Dans les vallées, l’univers est fini. Alors, vive les crêtes !
Seul parcours hors crêtes significatif, celui qui conduit du col de Louvie au sommet du Jaüt. Très calcaire. Le topo parle d’un « système rocheux ». Amusant comme définition pour définir le paysage sous nos yeux. Un système rocheux ! Rien de plus imprécis. Le rédacteur du topo devait être un politique…
Le coin est « truffé » d’izards. Surtout ne le dites pas aux chasseurs. Ils étaient là-haut, à l’Aubisque.
Casse-croute au sommet du Jaüt. Jacques reste vraiment un excellent compagnon de route: St Estèphe 2011 au menu. Une excellente année. A l’horizon, un énorme nuage s’étend au-dessus de la vallée de Luz. Un écobuage incontrôlé ? On dirait qu’un volcan est sorti de son sommeil. Coup d’oeil vers le « Jean-Pierre ». Soulagement : lui dors toujours.
Les chocolats et autres délicatesses tournent. Il faut déjà partir. Les journées sont courtes. Il reste plus de 1500 m de dénivelé descendant à parcourir.
La crête de Coos demande un peu de main au rocher et plus d’attention. A droite, c’est plutôt chaud malgré les rafales de vent (rafraichissantes) à 40, 45 km/h. Pour la vitesse, c’est l’anémomètre de Jacky qui la donne.
Gros silence dans la troupe qui est concentrée. « Lélé nous manque » lâche l’un d’entre nous en mal de conversation.
Le col de Lallène est atteint. Il marque la fin de la crête « délicate ». L’équipe en profite pour reprendre « l’Haleine ». Trop facile !
Beaucoup de vautours fauves au-dessus de nous. La falaise de Béon n’est pas loin. Avec nous, ils leur faudra se serrer la ceinture d’un cran supplémentaire. Sorry, les amis…
Au Tousseau, la descente, par la crête de Gutteres, vers le fond de la vallée se dévoile. Belles perspectives. Plutôt rare des crêtes qui portent comme nom un patronyme. Le Gutteres en question serait-il un descendant du « patron » portugais de l’ONU, António Manuel de Oliveira Guterres ?
Le chemin des bergers qui conduit des Granges d’Aste au village subit les affres des années. Son beau pavage de pierres massives se délite. Les cailloux l’envahissement. L’entretien n’est plus là. Le patrimoine « fout le camp ». Il est là pour disparaitre. Dommage.
Arrivée vers 16 h, à Aste-Béon, après un dénivelé descendant de 2267 m (« au bonheur des genoux ! ») et un grimpant de 1065 m.
Un grand remerciement à Jacky – one more time ! – pour le choix gagnant d’une sortie originale et à Jacques qui avec Dominique, pour nous éviter une heure d’attente à Aste-Béon, sont remontés, depuis le Jaüt, à l’Aubisque chercher les voitures.
A plus sur les sentes (en attendant les pistes).

– par Beñat
Bernard Boutin
23 novembre 2017

Le verdict du GPS (source : BaseCamp et TOPOPIRENEOS ) :
– Dénivelé : point le plus haut : 2050 m (Moulle de Jaüt), le plus bas : 498 m (Mairie de Aste-Béon), dénivelé montant : 1065 m, dénivelé descendant : 2267 m, durée de la sortie : 7h45, distance parcourue : 15,3 km
– Niveau CAF : 4/3
– Encadrant : Jacky Gaüzere
– Participants : Jean-François Avril, Bernard Boutin, Alain Colman, Jacques Darmory, Henri Michel Levin, Dominique Vialatte
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s