Crête de Pan : une première initiation 4/4 qui en appelle d’autres !


pic du Midi d’Arrens (centre gauche)

Départ : village de Bun dans le val d’Azun
Destination : traversée de la crête de Pan entre Bun et le col des Bordères
Qui : collective du CAF de Pau et de la vallée d’Ossau
Quand : 16 novembre 2017
Météo : magnifique journée de fin d’automne
Une sortie du Club Alpin labellisée « Poursuite initiation 4/4 » et une longue liste de matériel mettent de suite dans l’ambiance : « descendeur, 2 mousquetons à vis, piolet, sangle courte, casque de montagne, noeud auto-bloquant, sangle 1m80, baudrier équipé ».
Surf sur le site du CAF pour découvrir ce que signifie le 4 en technique : « passages vertigineux et/ou délicats (mains), névés et glaciers possibles ».
Pour les névés et glaciers, c’est râpé. Pour l’un, il fallait venir il y a 8 mois, pour l’autre il y a quelques millénaires ! Restent les passages vertigineux et/ou délicats à se mettre sous la main. Ce sera amplement suffisant pour aujourd’hui.
La crête de Pan s’étire sur près de 4 kilomètres d’une ligne sommitale séparant val d’Azun et vallon d’Estaing. Super paysage assuré.
Pic de Labassère : premier petit rappel et première leçon sur l’utilisation des ficélous, de la « vache » et autres. Un passage plutôt simple.
S’il parait simple, il faut reconnaitre que l’attention constante, portée à la sécurité par les encadrants, Jean Lacazette, Jean-Claude Mourterot et Jacky Gaüzere, crée de suite une confiance indiscutable parmi les plus néophytes d’entre-nous (dont BB).
Sympathique moment quand deux cafistes palois nous rejoignent et nous dépassent. Abrazos (pour ma part) avec de vieux amis. Sens figuré. Bien évidemment !
Pic Arrouy : nouveau rappel. Pour le ficélou, ce sera trois tours, autour de la corde, avant de passer dans la boucle pour descendre et quatre pour monter. Plus si sur au moment d’écrire. Une initiation 4/4 à poursuivre.
Pique-nique à midi juste. C’est syndical ! Jacques, comme d’hab, offre une tournée de Bourgogne. Cette routine là a du bon. Merci. Pause d’une heure au soleil.
Un nouveau rappel, puis un autre nous aident à rester au plus près de la crête. Des grues cherchent des ascendants au-dessus de nous. Leur cri, un « krooh » perçant et nasillard portant loin, nous accompagne alors que nous nous concentrons sur le placement des mains et des pieds. Tout le monde progresse bien. Plaisir sensuel de terrien à palper le rocher.
Au pic de Pan, une double corde fixe est installée. Un plongeon dans le vide d’une quinzaine de mètres nous attend et, à la clef, se retrouver dans une position « fil d’araignée ». Jean et Jean-Claude assurent depuis le haut, Jacky depuis le bas. Pour le « prussik », il faudra, à nouveau, poursuivre l’initiation 4/4 avant de pouvoir commencer à le décrire…
Descente, plus ou moins esthétique des uns et des autres. Démonstration de maîtrise de nos encadrants. Tout le monde rejoint le plancher des vaches ! « Le jour où tu deviendras araignée » : un titre pour une bon bouquin.
Corvée de pliage des cordes pour Jacky et Jean : « la prochaine fois, des cordes de 30 mètres suffiront ».
Retour sur la crête et descente en direction du col des Bordères. Restent 4 kilomètres de sentiers faciles dans les bois pour rejoindre les voitures. La boucle est bouclée. Le soleil termine aussi la sienne et se couche.
A Argelès-Gazost, au bar d’Azun, les gâteaux de Cathy et d’Henri-Michel viennent réconforter des randonneurs rassasiés de vues splendides et d’impressions souvent nouvelles. Les deux gâteaux gagnent un Certificat d’Excellence chez Trip Advisor. Assiettes vides au final. Impossible de les départager.
Une belle sortie de plus. Il faut l’écrire : « Le CAF, c’est vraiment tout du bonheur ». Vivement la prochaine.

– par Beñat
Bernard Boutin
16 novembre 2017

Le verdict du GPS (source : BaseCamp et TOPOPIRENEOS ) :
– Dénivelé : 933 m, point le plus haut : 1516 m (pic Arrouy), le plus bas : 890 m (réservoir de Bun), durée de la sortie : 9h45, distance parcourue : 10,4 km
– Encadrants : Jean Lacazette, co-encadrée par Jean-Claude Mourterot et Jacky Gaüzere
– Participants : Bruno Basty, Olivier Blanchet, Bernard Boutin, Jacques Darmony, Michel Leshauries, Henri-Michel Levin et Cathy Roques
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Crête de Pan : une première initiation 4/4 qui en appelle d’autres !

  1. Jack .fb@orange.fr dit :

    Je me suis laissé dire qu’il y avait des Lis des Pyrénées sur la crête de Pan . Mais des crête de pan il y en a aussi en Bearn non ?

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s