Col du Soulor et Col d’Aubisque : Yes we can !


Aubisque : la preuve !

Départ : Arthez d’Asson 400
Destination : col du Soulor 1475 et col d’Aubisque 1709
Qui : Corinne Crabe et BB
Quand : 25 octobre 2017
Météo : magnifique soleil lumineux d’automne
Il y a grimpe et grimpe. Monter aux Astazous, c’est de la grimpe alpine. Monter au Soulor et à l’Aubisque, c’est de la grimpe cycliste. Dans les deux cas, il faut contrôler palpitant, effort, moments de repos, moments de concentration. Dans les deux cas,, il faut s’attendre à « s’extasier » sur la beauté incomparable des vues. Aujourd’hui, ce sera celles depuis le magnifique cirque du Litor, entre Aubisque et Soulor. En voiture, à vélo ou à pied, chacun y puise son lot d’émotions.
« La Mule et l’Intello » changent de registre -exceptionnellement- et montent sur leur vélo à Arthez d’Asson, en compagnie de Corinne Crabe, montagnarde avant tout, qui se frotte au vélo depuis peu. Rythme « cool » prévu d’avance. Gage de réussite.
Les 10 premiers kilomètres, qui mènent à Ferrières, permettent de s’échauffer. L’équipe papote.
Ferrières : séquence émotion pour Corinne qui a travaillé, toute jeune, au Moulin. La plonge pour beau-papa. Terminée, avec les copains, elle filait à l’épicerie du village acheter des bombons, chupa-chups ou autre caramba.
Sortie de Ferrières, la côte passe de suite à 7,5 ou 8 %. Mémoire qui flanche. Séquence concentration. On mouline autant que les vélos le permettent. L’humidité suinte de partout dans cette vallée encaissée, orientée au nord-est. Dure vie pour les « autochtones ».
Arbéost et son église, à la taille disproportionnée, pour ce village de 85 habitants. Une belle maison à son côté et, en suivant, une épingle à cheveu qui ouvre sur du 9%. Pas de bavardage dans les rangs.
Le 9%, c’est une histoire d’habitude. En levant les yeux, on voit au loin où il nous conduit. Vers le haut ! Il suffit de se fixer sur cet objectif et la pente devient un lointain souvenir. C’est comme la marche en montagne : regarder au loin l’objectif fait oublier les difficultés du moment.
Corinne – un peu – à la peine. Il faut dire qu’en bonne montagnarde, elle a pris soin d’emporter un sac à dos plein de vêtements et un casse-croûte.
Lacets dans la forêt. La pente varie entre 7,5 et 8% : tout du bonheur. Les arbres s’estompent. L’estive s’installe et, avec elle, la vue vers l’Aubisque apparait : Diu vivan, il est encore loin !
Dernier lacet, le Soulor est là. Photo, devant le panneau couvert d’autocollants, au cas où l’on ne nous croirait pas ! Pause. Un peu de sucré, un peu de salé, boisson et c’est reparti pour l’Aubisque : 114 m de dénivelé de descente pour commencer. Super, sauf qu’il faudra les remonter au retour ! Vues de toute beauté.
Passage dans un tunnel en virage non éclairé. Ne pas voir son vélo est « étrange ».
Remontée vers l’Aubisque. Plutôt facile :  entre 2 et 6%.  Seul le dernier kilomètre est à 7%. Il fait mal. Nous avons plus de 30 kms de « grimpe » dans les jambes.
Au restaurant du col, la fatigue est telle qu’on partage une « assiette de l’Aubisque ». Une seule. Elle est heureusement généreuse : omelette, salade, pomme de terre et jambon poilé !
Séance photo souvenir avec Nigel Goddard, « equestrain photographer », de passage dans la région pour le Concours Complet de Pau. De beaux « shoots » en souvenir.
Si, en randonnée, la montée est souvent dure, la descente ne l’est pas moins : forte mise à contribution des genoux et des jambes. En vélo, par contre, c’est tout du bonheur. Là est toute la différence ! Juste contrôler la vitesse du vélo qui nous entraine : 45 à 50 kms en moyenne. Trop cool…
Corinne file devant. Tout schuss ! Serait-ce une descendeuse à ski ? Une descente qui dure une petite heure, là où la montée en avait demandé environ 5 !

Beau coq au Monument aux Morts d’Arthez d’Asson

Entre Arbéost et Ferrières, les vélos se couvrent d’humidité ! Il fait pourtant grand beau. Quelle vallée ! A Arthez d’Asson, le coq veille sur nos voitures. Terminus.
Une sortie vélo, arrêtée la veille à 21h, en remplacement d’une randonnée au Gabizos, trop chronophage pour Corinne. Mission 100 % accomplie. La clef : le mental. Yes, we can !

– par Beñat
Bernard Boutin
26 octobre 2017

Le verdict du GPS (source : BaseCamp et TOPOPIRENEOS ) :
– Dénivelé : +1416 m, point le plus haut : 1709 m (Aubisque), le plus bas : 400 m (Arthez d’Asson), durée de la sortie : 7 h, distance parcourue : 67,5 km
– Niveau CAf : 4/3
– Participants : Corinne Crabe et Bernard Boutin
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s