Pirineo aragonés – Pico de Bacias/Baziás : sec, rocailleux, austère mais ambiance top !


Pyrénées – Pireneos : On ne s’en lasse jamais !

Départ : Baños de Panticosa (1640m)
Destination : boucle autour de l’Embalse de Brazato (2400 m) par le pic de BACIAS (2759 m)
Qui : collective Club Alpin Pau-Ossau animée par Jacky Gaüzere
Quand : 13 septembre 2017
Météo : beau temps

Les « Baños de Panticosa » sont un lieu à part pour démarrer une randonnée. Frappés par la crise financière de 2007, les investisseurs madrilènes et catalans ont abandonné net leurs projets. Reste sur place de beaux bâtiments mais aussi une impression d’inachevé avec, à l’entrée du site, les structures en béton rouillées et abandonnées de ce qui devait être un parking couvert et un centre commercial. Résultat : le lieu, plutôt que d’être animé et grouillant de monde, est d’un calme rare pour un site touristique espagnol. Dommage.

Montée par de longs zig-zags, en suivant « la senda » (le GR11) dans la forêt en direction de l’Embalse de Brazato. Lélé repère des cèpes des pins. La collective ne lui laisse pas le temps de partir en « cueillette » !

Passé la forêt, belles vues, droit derrière nous, vers le trio Algas, Argualas, Garmo Negro. Arrivés à l’embalse (retenue, barrage en esp.), à moitié vide, nous le contournons par la gauche pour aller vers le port de Brazato. En dehors des lacs, l’univers est minéral : uniformément couleur pierre. Austère. Ni bête, ni fleur, ni herbe. L’équipe, de son côté, est particulièrement détendue et joyeuse. Aguerrie par des mois d’été de crapahut. Un heureux équilibre.

A quelques encablures du port de Brazato, Jacky nous fait partir « tout dret » en direction de l’antecime (2723) qui conduira par la ligne de crête au pic de Bacias/Baziás. En Espagne, ce n’est jamais simple avec toutes ces langues régionales ! L’un serait en aragonais, l’autre en espagnol. Qui est qui ? nul ne sait !

Le cailloutis menace de descendre au fur et à mesure que nous grimpons. Concentration et main au rocher, pour ne pas faire partir des pierres sur les copains. Arrivée au premier sommet. Légère descente en ligne de crête. Main au rocher. Remontée et arrivée. Le sommet du Bacias est idéal pour le casse-croûte et le leçon de topographie à 360° : « Peut mieux faire » dirait un ancien prof !

Pas de rapace, ni de « sarrio » (isard). Terres mortes d’une fin d’été. Heureusement, le Bordeaux et le Muscat circulent. Ambiance détendue avant une descente, sans difficulté aucune, en direction sud-ouest pour contourner l’Embalse de Brazato. Petit exercice d’équilibre pour passer sur le barrage.

Jonction avec la trace de la montée. Descente en accélérant au final. Comme quoi, il en restait sous les mollets.

– par Beñat
Bernard Boutin
10 septembre 2017

Le verdict du GPS (croisé avec les évaluations faites sur la carte IGN et Basecamp) :
– Dénivelé : +1200 m, point le plus haut : 2759 m (pic Bazias), le plus bas : 1640 m (départ), durée de la sortie 7h30, distance parcourue : environ 15 kms
– Encadrant : Jacky Gaüzere
– Participants : Jean-François Avril, Jean-Pierre Belaygue, Philippe Capelle, Alain Colman, Jacques Darmony, Pascal Guerin, Laurent Jalabert, Michel Leshauries et BB
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

La trace du jour

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s