Aragon – Mallos de Riglos : Tous les sens s’éveillent !


Les Mallos qui dominent le village

Départ : Riglos
Destination : Boucle autour des Mallos de Riglos par le bois des Articas, le collado de Santo Roman avec une « escapade » à l’Eglise de la Vigen de Marcuello.
Qui : BB et Marimar
Quand : 16 avril 2017
Après une très sympathique fin de journée dans la bergerie, située directement sous les Mallos, de Jean-Louis Peres et Michelle, les premiers gardiens du « nouveau » refuge de Pombie, départ le lendemain pour une boucle, dans le sens des aiguilles d’une montre, pour tourner autour des célèbres Mallos.
Festival d’odeurs : genets en fleurs, thyms en fleurs, romarins en fleurs, iris etc. Le bouquin de Patrick Süskind, le Parfum, revient immédiatement à l’esprit. Le nez est assailli.
Festival de sons : oiseaux de toutes sortes, coucous, choucas et… andalous criards, un court instant. Ils ne sont pas fait pour la marche !
Festival d’arabesques pour les milans royaux et de vols circulaires de dizaines de vautours fauves.
Vues magnifiques sur la chaine Pyrénéenne à la peau de léopard, tachée de blanc. Vues sans fin sur la verte plaine aragonaise, depuis l’Eglise de la Vigen de Marcuello. Pause casse-croûte.
Retour en longeant les aires de nichage de vautours, sous les Mallos. Doux son d’une rivière enfouie dans le « canyon » sous une végétation dense et toute fraiche.
Tout pour les sens. A faire et à refaire.

– par Beñat
Bernard Boutin
16 avril 2017

– Le verdict du GPS (croisé avec les évaluations faites sur la carte IGN et Basecamp) : Dénivelé : +584m / -584m, point le plus haut : 1125m, le plus bas : 645m (départ Riglos), durée de la sortie 6h, distance parcourue : 17,2 kms
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

Le parcours de 17,2 kms

 

 

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s