J 36 – Respomuso – Soques par col d’Arrémoulit : Neige compliquée, pentes dangereuses, final coloré


Montée vers le Col d'Arrémoulit

Montée vers le Col d’Arrémoulit

Depuis le refuge de Respomuso, situé à 2140 m, jusqu’au premier lac d’Arriel, le sentier reste à niveau. Il est atteint 4,5 kms plus tard, sur la cote 2169 m. La vue est magnifique vers la vallée de Tena et Sallent de Gallego. Un beau début de parcours.

Si le premier lac est presque débarrassé de sa couverture de neige, ce n’est pas le cas des suivants. L’ambiance devient carrément hivernale au dernier : l’ibón de Arriel Alto. Complètement recouvert, entouré à l’est par les pics du Balaitous (3144 m) et de la Frondella (3071 m), au nord par le Palas (2920 m) et à l’ouest par l’Arriel (2720 m), l’endroit est très « haute montagne ». Un vrai cirque.

Des pentes fortes, toutes enneigées, plongent dans le lac (2240 m) de tous les cotés. Le col d’Arrémoulit que « la mule et son intello » doivent franchir n’est pas trop haut : 2460 m. Il y a donc 220 m de dénivelé à grimper. Une petit dénivelé qui s’avèrera compliqué, voire dangereux à franchir avec de la neige lourde, humide et une pente, suffisamment raide, pour promettre, au moindre faux pas, une glissade ininterrompue jusqu’au lac glacé.

Un parcours à surtout ne pas faire seul ! Le piolet est sorti, un bâton rangé. Les crampons restent dans le sac. Vu l’humidité de la neige, ils botteraient et pourraient favoriser une glissade fatale. La progression est très, très lente. Plutôt latérale. Toujours 3 points d’appui. Une crête rocheuse semble partir vers le col. Elle devient de plus en plus verticale. Impossible d’en sortir par le haut.

Retour au bas de la crête et reprise des longues traversées diagonales dans la neige. Attention aux multiples ponts à neige chaque fois que la trace approche le rocher. Le col est enfin atteint. Une performance dont la mule se serait bien passée !

La descente vers le refuge d’Arrémoulit se fait aussi dans la neige mais sur une pente bien moins raide. Moment détente, après l’extrême concentration de la montée.

Au refuge, la gardienne est seule. Personne n’y vient : trop de neige ! Pour passer le temps, elle repeint la cuisine. Revenant sur mon passage du col d’Arremoulit, elle confirme qu’il eut mieux valu, pour une plus grande sécurité, passer par le col du Palas, situé plus au nord-est à 2520 m. L’intello aurait mieux fait de l’appeler ! La mule lui en veut…

Il s’agit de ne pas perdre de temps car un rendez-vous est prévu, avec MaryMar, au Caillou de Soques situé au bas du val d’Arrious, pour revenir sur Pau. Le célèbre passage d’Orteig serait encore gelé en certains endroits. Fatigués par les difficultés rencontrées au col d’Arrémoulit, d’un commun accord, la mule et l’intello décident de redescendre vers le lac d’Artouste pour ensuite remonter vers le col d’Arrious. Une heure de trajet au lieu de 30 minutes par le passage d’Orteig. Le prix du confort. Le gros du détour se fait encore dans la neige.

Au col, Jack est le premier randonneur que l’équipage rencontre depuis le début de la journée. En short et T-shirt, il prend le soleil. Anglais vivant en Béarn, il ne veut surtout pas rater les rayons du soleil, si rares en ce moment. So British ! Une conversation animée démarre : Brexit, Béarn, les Pyrénées, les fleurs, la vie… Jack décide d’accompagner l’équipage. La conversation est ininterrompue à tel point que l’intello en oublie de nourrir la mule. Il est 15 heures et les derniers fruits secs remontent à 10h !

Le Val d’Arrious est en fleurs. Asphodèles, gentianes, orchis jaunes, violets et des dizaines d’autres espèces tapissent le sol. Un magnifique festival de couleurs.

Arrivée à 16h précise, au Caillou de Soques, en même temps que MaryMar qui vient assurer la « ramasse » de l’équipage. Jack est impressionné par la ponctualité de ce rendez-vous montagnard ! (à ce compte-rendu, il manque la remontée facile depuis le Caillou de Soques à Pombie qui se réalise en 2h à 2h30 dans les estives. Elle sera réalisée 8 jours plus tard).

Respomuso-Soques par col d’Arrémoulit : une étape qui restera gravée dans la tête de « la mule et son intello ».

– par Bernard Boutin

Nota :
– Le verdict du GPS  :
Respomuso – Caillou de Soques : 3,2 k/h, 5h16 de marche, 9h12 de rando, 27 kms parcourus, 786 m de dénivelé positif, plus haut : 2441 m, plus bas : 1400 m.
–  Les précédentes étapes de la traversée des Pyrénées, d’est en ouest, pour  la « mule et son intello » : c’est ICI
– Crédit photo : Bernard Boutin
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires

 

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Traversée des Pyrénées, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour J 36 – Respomuso – Soques par col d’Arrémoulit : Neige compliquée, pentes dangereuses, final coloré

  1. Françoise Barrau dit :

    Bravo Bernard, il n’est pas évident de vagabonder seul avec toute cette neige et vous avez dû apprécier de retrouver MaryMar
    Mais par contre que cela doit être beau !….
    Et pour la prochaine sortie, il faudra que la mule et l’intello se concertent un peu plus !! ….lol
    Bonne poursuite, mais cette fois accompagné je crois
    Amitiés montagnardes
    Françoise

    • Dimanche, deux amis du CAF Ariégeois se joignent à moi à Pombie.
      Faire seul et sans trace les deux dernières étapes était « prenant ». J’aime ces situations qui demandent de la concentration mais je ne cherche pas pour autant le risque et, il y avait un risque certain.
      Merci de lire et réagir à mes « sujets ». J’espère qu’on pourra sortir ensemble à mon retour. Bonnes sorties d’ici là. BB

  2. Françoise Barrau dit :

    Oui avec plaisir pour faire une randonnée, mais avons nous le même rythme ???
    Je ne voudrais pas gêner….

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s