Tour de l’Ossau : Sombre, humide et riche en images !


Le Tour de "Jean-Pierre"

Le Tour de « Jean-Pierre »

Départ : Lac de Bious-Artigues
Destination : Tour du Pic du Midi d’Ossau (anti-clock wise*)
Qui : Sortie en solo
Quand : 30 mai 2016

A R-3, (trois randonnées avant le départ pour le troisième tiers de ma Traversée des Pyrénées), il s’agit de se mettre dans les conditions de celle-çi. Bref, le temps est pris tel qu’il est, et pourrait être lors de la Traversée : humide, sombre, menaçant et surtout pas encourageant.

Bilan en fin de sortie : un peu de grésil, de part et d’autre du col de Suzon. Pas de soleil sur 95% du tracé. Beaucoup de neige humide à partir de 2000m d’altitude. De l’eau en quantité.
Plus que la pluie menaçante, les ponts à neige, qui menacent de s’enfoncer à chaque pas, sont le réel problème du jour.

Des izards : un peu partout. Près de 50 en tout. Un cadavre de renard (assez rare) et, en basse altitude, un tapis de fleurs à la conquête de pentes. Juin est vraiment le mois -s’il fait beau- pour randonner. Les fleurs offrent un festival de couleurs inégalable.

Au refuge de Pombie, les gardiens qui viennent d’ouvrir la veille, s’affairent. Il y a de quoi, entre dégâts provoqués par l’humidité et incivilités d’usagers de la salle « hors-sac » pendant l’hiver.

Une sortie qui reste bien belle et divertissante malgré le temps. Solitaire toute la journée.

– par Beñat
31 mai 2016

– Le verdict du GPS (avec toutes les réserves habituelles à accorder à ces « engins ») : dénivelé 990m, point le plus haut 2278m, point le plus bas : 1416m, distance parcourue 17,5 kms, 3,8kms/h, 4h34 de déplacement, 6h07 de sortie
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires
* anti-clock wise : mis en anglais, car en français, c’est un peu long pour un titre : « dans le sens contraire de aiguilles d’une montre ».

 Lac de Bious : On se croirait au Canada !

Lac de Bious : On se croirait au Canada !

Tour du Pic du Midi

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans Par-çi, par-là..., Traversée des Pyrénées, Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s