Ski de Rando : Une reprise difficile pour un final super sympa !


Canaourouye - Anéou: neige de cinéma

Canaourouye – Anéou: neige de cinéma

Où : A partir du cirque d’Anéou, sous le col du Pourtalet
Destination : Pic de Canaourouye (2347m)
Qui : Sortie individuelle pour tester le matériel (ski fartés, carres affutées, peaux de phoques réencollées et chaussures neuves)
Quand : 17 février 2016

Ma dernière sortie de ski de randonnée remontait au 5 avril 2015. Il y a plus de 10 mois. C’était à Canaourouye et, c’est à Canaourouye que se passe la reprise. Pas très original ! Pas intentionnel non plus. Les vieux sangliers passent toujours aux mêmes endroits…

Une reprise difficile (au début, du moins) : les 64 ans ont sonné, il fait -8° à la fraiche, les chaussures sont neuves. Le sac pèse plus de 11 kgs (pour se préparer à la suite de la Traversée des Pyrénées). Bref, il fallait y aller cool.

D’entrée de jeu le « palpitant » peine à suivre l’effort. Le froid paralyse. Un peu. Mais petit-à-petit, avec l’échauffement, le rythme (tranquille) s’installe.

Les nouvelles chaussures font mal. Elles sont simplement trop serrées. Problème réglé.

Une poignée d’amandes et autres fruits secs redonne du tonus. Le col de Houer est atteint sans grande difficulté.

Quinze minutes, plus tard, mes skis « foulent » le pic de Canaourouye (2347m) ou « Pico de Canal Roya » pour les Espagnols.

Déjeuner sur place. Belles vues sous un soleil étincelant. Que demander de plus ? Raquettistes et randonneurs se succèdent. Inquiétude pour la première descente à ski de l’année.

Entre le pic et le col, la neige est un peu cartonnée. Premiers virages peu rassurés.

Passé le col, les pentes sont face nord. La poudreuse est légère. Elle se travaille facilement d’autant plus que les pentes sont peu fortes. Conséquence : lentes godilles sans difficultés sur la plupart de la descente. Un vrai plaisir. Pas du ciné – il eut fallu aller plus vite – mais presque.

Une sortie qui se termine de la meilleure façon. Une seule envie : rechausser les skis de randonnée le plus vite possible.

– par Bernard Boutin

Nota :
– Le verdict du GPS : déplacement 2h27, sortie : 3h56, trajet : 10,2 kms, dénivelé 631 m, plus haut : 2347 m, plus bas : 380 m, 4,1 kms/heure
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaire

160217 Canaourouye depuis Anéou

160217 Canaourouye depuis Anéou

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s