vallée d’Aspe – pics Bacqué-Brèque-Lariste en boucle : orientation d’abord !


crête du pic Bacqué au Mail de la Brèque

Plus bas : parking Lamareich-Masousa, 970 m
Plus haut : pic Lariste 2168 m
Dénivelé : 1480 m
Distance parcourue : 15 km
Participants CAF de Pau : Juan-Miguel Izquierdo, Bernard Boutin, Jean-Marc Laulhé, Vincent Escoula, Olivier Jean, Michel Martin,Guillaume Tournadre encadrés par Jacky Gaüzère et André Paillassa
Météo : agréable, chaude au retour
Date : 21 juillet 2022

« Course de crête aérienne, exigeante, pour randonneurs et randonneuses aguerris » publie Jacky sur l’Agenda. Résultat : 9 hommes sur les starting-blocks et pas une femme ! Une présentation qui attire les uns et repousse les autres ? A chacun sa grille de lecture : course, crête, exigence.
De course, point n’en fut. Dès les début, séance orientation dans un forêt dense, raide où les sentes bergères « historiques » ont disparue, ne laissant sur place que quelques cairns parsemés. Cairns à sangliers. Nez dans le GPS pour trouver le bon talweg à longer. Progression ralentie. Signe des temps : le gave ne coule plus. Un peu de main au rocher pour avancer. La remontée du bois : un hors d’oeuvre exigeant de près de deux heures !
Sortie du bois pour longer, par en-dessous, les Tourelles et rejoindre un collet. Enfin la Mule peut se dérouiller les jambes…
Arrivée au collet (10h53). Plein sud, la crête conduit au pic Bacquéᵗ (ᵗ pour toponymie, voir sous le CR). Crête rejointe de bias, par des pentes exposées couvertes d’herbe épaisse. Attention forte. Glissade interdite. La Mule se marre: « tu l’as voulu l’Intello ! ». Crête rejointe et continuation avec tantôt main au rocher, tantôt main dans la végétation, épineuse parfois ! Rien de bien compliqué mais attention permanente.
Bacqué atteint. Descente vers le col du Cimetières ? Brrr… En voilà un nom pour une crête de ce genre ! Le cimetière est d’ailleurs en bas. Une fois que vous avez glissé. Des pierres plantées verticalement.
Continuation vers le Mail de la Brèque. Attention toujours requise. Trois prises ou points d’appui. Bâtons utiles. Derrière le Mail, le pic Laristeᵗ est déjà là (12h30). Fin de la course en crête après 90 minutes. Déjà ? L’Intello en serait presque déçu. La Mule, quant à elle pousse un ouf de soulagement.
Longue pause casse-croute. L’attention-tension est retombée. Grosse ambiance détendue entre compères contents de la traversée réalisée. Franche rigolade. Saine camaraderie. « Les sorties du jeudi, c’est comme cela » confirme Jacky. « Le dimanche, c’est autre chose… ».
Descente en direction du col de Lariste. Inflexion vers la droite pour rejoindre le col de Larailleᵗ et démarrer la partie retour de la boucle qui commence par longer, par en-dessous, la crête Bacqué-Lariste. Voir, par en dessous, ce que l’on vient de parcourir : un réel motif de satisfaction : « j’y étais diou vivan ! ». Cela dit, humilité oblige. Sans l’encadrement top de Jacky et André, y serions-nous allés ? Pas si simple. Merci les amis.
L’Intello, aidé de la carte IGN 25.000ᵉ, part à la recherche de la Fontaine Bourrégué et ne la trouve pas. Elle sera au final plus en contre-bas. Eau fraîche bien agréable alors qu’une chaleur lourde nous accompagne depuis que les crêtes sont derrière nous. Vivement une application collective qui répertorie les points d’eau en montagne ! Bien utile alors que l’eau devient plus rare dans les Pyrénées et les températures plus fortes.
Belle estive à la clairière du Lazerque. Troupeau de blondes d’Aquitaine et, blotti sous un énorme rocher, une grande quèbeᵗ entourée de ses murs grossiers en pierre (voir diaporama). Vestige d’un autre temps où les bergers dormaient dans les anfractuosités des rochers.
Longue et très agréable traversée du Bois de Lazerque qui permet de rejoindre la trace du départ et le parking Lamareich-Masousa, sans avoir à passer par la piste du parking Lamary. Séquence orientation et GPS toutefois. Sentes improbables et cairns rares. Bois propre.
A mi-parcours, le lac envasé d’Ourbiette est recouvert d’herbe. Il a gardé toute sa forme initiale et permet un cliché différent : un lac vert !
Pot de fin de sortie au Permayou à Accous. L’équipe laisse un pourboire alors qu’elle a fait le service. Quand on est heureux, on ne compte pas…
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
ᵗ Séquence toponymie (source le Palay, le Bourbon, l’inspiration… ) :
– Bacqué du gascon Vaquèr = vacher. Vaca = vache en espagnol. Le pic des Vaches
– Lariste du latin arista = arête.
– Laraille : indique une zone d’éboulis, une raillère (page 132 de Lescun tous azimuts).
– Quèbe du gascon quèba, cueva pour abri sous roche. Synonyme de toue.
Crédit photo : Jean-Marc Laulhé et Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s