Grand Tourmalet : reprise du ski de rando


Sommet de Coume Lonque

Point le plus bas : 1480 m (pk de Tournaboup), plus haut : 2340 m (arrivée du télésiège de Coume Lonque), dénivelé montant et descendant : 850 m, distance parcourue : 13,6 km
Participants : Didier Mazoin, Xavier Damez, Bernard Boutin.
Météo : belle journée. Vent frisquet sur les crêtes
Date : 16 décembre 2020

Rando à ski de reprise, post-confinement. Les stations de ski sont fermées pour cause de Covid mais damées. Un bon coup à jouer : redémarrer la saison sur les pistes vides de skieurs. Pas de risque de voir des bolides en surf nous dévaler dessus.
Remontée « cool » par la piste bleue qui va de Tournaboup à Super-Barèges. Bonne neige sous les skis tant que nous sommes sur la piste. Pour le reste, les pentes sont recouverte d’une tôle peu « avenante ». Passé Super-Barèges, l’équipe quitte la bleue. La pente s’affermit. Sommes hors-piste. La sage progression, à la « queuleleu », éclate. Xavier fait le choix de rejoindre la bleue sur sa droite. Didier et Bernard continuent tout droit. Tôle sous les skis. Session pose des couteaux, pas simple car en pente. Didier décide à son tour de rejoindre Xavier pendant que Bernard persiste à vouloir rejoindre directement le col. La pente devient toujours plus raide et la tôle est maintenant omni-présente. Un bel exercice de progression sur pentes exposées commence pour Bernard. Concentration maximum. Longue progression en Z délicate : « que fais-je là ? ». Regroupement pour finir sous le col.
Deux leçons comprises clairement : ne pas improviser quand on ne connait pas le cheminement et suivre sagement le « guide » (Xavier). Anticiper la pose des couteaux à réaliser au bas des pentes.
Montée tranquille, un peu difficile pour Bernard en manque de « puissance » (45 jours de confinement : cela se paye cash !), sur les pentes damées qui rejoignent le sommet du télésiège de « Coume Lonque ». Un monde « fou » à ski de randonnée sur les pentes. La plupart viennent de La Mongie, plus proche que ne l’est Toutnaboup. On croirait la station de ski ouverte. Des skieurs partout.
Retour : descente super sympa sur les pistes. Bonne neige. Un grand plaisir. Les vieux réflexes sont là. Evitons de passer hors-piste où la tôle reste bien présente.
Une bonne sortie de reprise.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.