lac de Sesques : belle découverte !


lac de Sesques

Point le plus bas : 940 m (pk pont gorges du Bitet), plus haut : 2080 m (lac de sesques), dénivelé montant et descendant : 1175 m, distance parcourue : 12 km
Participants (collective du CAF de Pau) : Maïlys et Bernard Boutin.
Météo : entre « sol y sombra ». Menaçante au lac. Quelques gouttes en fin de parcours.
Date : 23 septembre 2020

Petite sortie de reconnaissance vers un lac méconnu : le lac de Sesques. Montée jusqu’à la Cujala de Sesques 1650, au-dessus du Bitet. Nous devions monter vers un lac peu couru et voila qu’une collective du club « Rando Pyrénées 64 » d’une quinzaine de membres nous précède. Pire encore, deux randonneurs, en pause à la Cujala, se mettent aussi à partir vers le lac. Bref, il y aura foule ce jour-là autour des berges du petit lac.
Cap SE depuis la Cujala pour monter fermement, par des sentes improbables, vers la crête nord, qui descend du pic de Les Sérous. Arrivé à l’altitude 1900, l’orientation devient NE pour passer la crête vers 2010. Nous dépassons l’équipe « Rando Pyrénées 64 ». Ils nous auront au moins montré le cheminement qui n’est pas évident.
Passé la crête, la direction est à nouveau SE pour finir par rejoindre le lac à environ 550 m (altitude 2060). Belle atmosphère pour ce petit lac situé sous les pentes du pic de Las Sérous. L’eau « grouillle » de tritons palmés. Jamais vu autant ! Belle libellule. Une grenouille de taille inhabituellement grosse. Une bio-diversité riche.
Pause. Les nuages se font plus présents. Maïlys met mon coupe-vent sur son K-way. Trop froid : pas de sieste pour elle.
Retour en contournant le lac par l’Est et descente par le cheminement aller. Des gouttes de pluie nous rattrapent en fin de parcours. Rien de bien grave.
Un parcours à refaire, par beau temps et en boucle, en partant plein nord, rejoindre la crête du Bec de Sesques et ensuite, avec un cap à l’Ouest, descendre pour atteindre la Cujala par une vieille sente animale repérée sur la carte IGN… et que le groupe « Rando Pyrénées 64 » prendra derrière nous.
Quant à Maïlys, elle jugera son père : « bien moins téméraire que quand elle était jeune »…
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Les randos d’avant : c’est ICI https://bernard64000.com/2013/02/28/magiques-pyrenees/
Crédit photo : Bernard Boutin
Cliquez sur la première photo pour faire défiler la galerie

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.