le Rey : tout dret d’abord, sanglier ensuite !


crête sanglier du Rey

Chemin faisant : vallée d’Ossau, Louvie-Juzon, plateau de Castet, col Deus Coigts, soum de Las Picarras
Participants : Bruno, Bernard, Patrice, Alain, Josette, Xavier, Charlotte, Patricia, Marie-Claude, Yves, Michel, Dominique, André encadrés par Jacky et Gilles
Plus bas : 480 (parking Louvie-Juzon), plus haut : 1340 (soum de Las Picarras), distance 12,9 km, dénivelé 1100 m+,
Météo : beau soleil, température agréable, pas de vent.

Une sortie ludique. Montée « tout dret », sur la pente N/O du Rey. Pas de difficulté. L’herbe est sèche. Le dénivelé vite avalé. Gilles Leroy conduit la longue colonne. Le Roy du Rey. Facile !
Crête atteinte. Vues toujours aussi belles à 360°. Un « best off » : celle vers le soleil levant qui vient réchauffer Bilhères d’Ossau et les pentes qui l’entourent.
Attaque de la crête. Plutôt à altitude constante. Au soum de Las Picarras, les chasseurs ont planté leur fanion. Ici, on est chez eux ! Qu’on se le dise. Cela dit, de toute la sortie, nous ne verrons pas de quadrupèdes. Seuls les bipèdes arpentent les lieux. Pauvre nature.
La sente qui suit la crête d’Ouest en Est disparait sous la végétation. Une rando sanglier démarre. Ludique, avec main au rocher de temps à autre, petit pas d’escalade et autre curiosités.
Ici, les buis n’ont pas été ravagés par la pyrale. Ils ne sont pas les seuls à nous obstruer la route. De magnifiques bouleaux tapissent les pentes nord, les pentes sud sont envahies par des arbustes de tous poils. La nature monte (réchauffement climatique) et reprend ses droits. Les branches fouettent les visages. Le tapis de feuilles couvre un sol aux affleurements calcaires. Méfiance. En tout cas, c’est promis, l’an prochain, on vient avec les sécateurs.
Col Deus Coigts atteint. Basculement SE pour rejoindre, à quelques encablures, les cabanes du col Deus Coigts. Il y en a deux ! Bel endroit. Pause mérité. Du Bordeaux et de l’Irouléguy comme remontant.
Retour par la face Nord du Rey. Tout en forêt. Vues effacées. La montée bien plus sympa que la descente mais cela ne retire rien à l’intérêt de la boucle à l’empreinte carbone imbattable : moins de 30km depuis le Bernet !
A plus sur les sentes.

– par Beñat

Pour les photos, (n’oubliez pas de sélectionner l’option d’affichage AZ pour visualiser les photos dans l’ordre), c’est : ICI

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s