Crête de Caoubère en skirando : Y-a-plus de saison !


direction : crête de la Pègue

Chemin faisant : Luz-St-Sauveur, Barèges, Tournaboup, Super-Barèges, pic de Caoubère, crête de la Pègue
Participants : André, Didier, Patrick, Hubert et Bernard pour une sortie « off »
Plus haut : 2355 m, plus bas : 1454m, D+ : 903 m, distance : 11 km. Temps : couvert. Soleil rare, grand blanc. Température bonne à fraîche. Un peu de vent sur la crête.

D’habitude, un 11 novembre, les randos sont pédestres. L’herbe est d’or. Les couleurs chaudes. L’esprit serein. Magie d’automne, magie de printemps. Magie des intersaisons. Sauf que ce 11 novembre 2019 en particulier, la neige a changé le curseur : neige sous les skis, pâle soleil, grand blanc opaque sur les pentes… et poudre plutôt sympa.
A Tournaboup (1454), les voitures se garent où elles peuvent. La neige est là. En quantité. Le parking n’est pas dégagé. Barèges est fermé. Les pistes, les commerces aussi. L’or blanc est pourtant bien là. Monde pris par surprise.
Les fans de ski de rando sont plus réactifs : des dizaines de voitures déversent des randonneurs super_contents de se retrouver là un 11 novembre. L’an dernier, la saison avait démarrée le 26 janvier. Y-a-plus de saison !
Depuis Tournaboup, remontée vers Super-Barèges. Direction SSE prise vers la crête de la Pègue. Un classique. 15 cms de fraîche pour André qui trace. Un peu de difficulté pour « mézigue » : les bras manquent de répondant. Faire des pompes ? Pas son truc.
Un skieur redescend. Il se régale. N’est pas allé jusqu’à la crête. Le vent a soufflé. Pas assez de neige pour skier jusque là. André oblique pour attaquer plein ouest une pente qui s’affermit au fur et à mesure. Elle se termine par un « franc » couloir qui rejoint la crête NE du pic de Caoubère. Virages en Z de plus en plus resserrés. Conversions rendues « techniques » par la poudreuse et la pente qui atteint ou dépasse (un peu) les 40°. Va savoir ? Bref, pour une reprise, cela commence fort.
A la crête, le vent frais souffle. Peaux pliées et descente : un super moment de glisse en S dans une poudreuse qui n’attend que nous.
Plus bas, la neige sera plus humide. Le grand blanc domine. Le relief s’estompe. Quelques belles positions acrobatiques. Quelques baignoires aussi.
Retour au parking à 13h15. Les premières gouttes de pluies arriveront 15 minutes plus tard. Comme prévu par la météo. Autre magie : celle de la technique.
Une super première sortie. Un beau couloir à monter et à descendre. Le ski de rando : tout du bonheur. A quand la prochaine ?
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Pour les photos, (n’oubliez pas de sélectionner l’option d’affichage AZ pour visualiser les photos dans l’ordre), c’est : ICI

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s