Gourette – l’Arre-Sourins : sortie entre « potes »


au sommet de l’Arre-Sourins

Départ : parking Gourette 1370
Destination : l’Arre-Sourins 2600
Participants : Gérard Estrade, Philippe Capel, Christian Ferrère et Bernard Boutin
Météo : grand beau

Mercredi rien n’est prévu à l’agenda du club. Mardi matin, je propose, pour la première fois, une sortie hors collective sur le Google Group. Gérard, Philippe et Christian répondent présents. Deux s’excusent pour cause d’emploi du temps. Sympa ! On fait donc une voiture complète.
Direction Gourette, station béton mais qui à l’avantage d’avoir de la neige (de culture) jusqu’au parking. Pas de portage.
La neige a perdu sa magie des sorties précédentes : tole, crouteuse, cassante et particulièrement glacée au moment de passer… la Glacière. Les couteaux sont posés dès le début et ne nous quitteront pas. Un pensum qui vaut combien de mètres de dénivelé supplémentaires ?
Montée régulière. Seuls deux petits passages hors neige. Une première série de Z sous le lac d’Anglas. Un lac « dramatiquement » vide dont on voit le fond.
Nouvelle série de Z sous le col d’Anglas. Pas de difficulté particulière si ce ne sont les rails gelés des traces précédentes. Belle combe le long du pic d’Anglas et arrivée sur le plateau d’Arre. Continuation direction sud-ouest vers le col situé à l’est de l’Arre-Sourins. Un vent fort nous y attend. Au sommet, 2600m, le vent nous fait rapidement plier les peaux pour redescendre vers le plateau. S hésitants entre neige tôlée et cassante.
Déjeuner face au soleil sur le bas des pentes qui conduisent au pic d’Anglas. Moment agréable après une montée qui vaut bien du 3/3 tant en physique qu’en technique.
La descente permettra quelques petites séries de S dans une neige toujours plus humide au fur et à mesure que Gourette approche.
A Gourette, le chalet du CAF est fermé. Dommage, on voulait « l’inaugurer » à notre tour. Replis sur l’Igloo et retour sur Pau, en passant par Castet pour faire provision de fromage de brebis chez Alain Larrieu. Conversation, presque enflammée, à propos des loups hybides qui ont perturbé la gestion du troupeau, durant la saison dernière, et lui ont couté fort cher en fourrage.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Le verdict :
– Point le plus bas : parking Gourette 1370, le plus haut : Arre-Sourins 2600 m, dénivelé : 1280 m, distance parcourue : 13,8 km, temps de la sortie : 7h, carte 1548OT
– Les randos d’avant : c’est
– Cliquez sur les photos pour les commentaires
– Crédit photo : Beñat

La trace du jour

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s