CAF de Pau : imbattable en ski-rando + le « Belvédère Blanchet »


la crête de Barris d’Aubert sous le Ramougn

Durant le week-end du 9 et 10 février, avec 9 collectives de ski de randonnée, 94 participants et près de 90 kilomètres de dénivelé grimpant cumulés, le CAF de Pau a affiché sa ferme intention d’user et d’abuser de la neige qui recouvre les Pyrénées. Une neige arrivée bien tardivement et que déjà un méchant redoux fait reculer. Gageons que, pour le week-end prochain, la volonté de « s’éclater » sur les pentes sera d’aussi forte intensité. Retour sur une sortie qui conduit 12 cafistes « palois » du parking de Tournaboup au col de Madamette pour terminer au « Belvédère Blanchet » !

Départ : parking de Tournaboup
Destination : pic de Madamette
Encadrant : Olivier Blanchet
Co-encadrant : Bernard Boutin
Participants : Sylvie Darrouzin, Mayalen Soteras, Brahim Amazine, Delphine Arches, Jean-Luc Breining, Thierry et Myriam Capdevielle, Serge Depart, Elisabeth Ricarrere, Christine Rubichon, Christophe Marnas.
Météo : beau et voilé. Quelques rafales au col de Madamette.
Température : agréable.
Date : 9 février 2019

A Tournaboup, c’est l’ambiance des grands jours. Les pistes de Super-Barèges sont bien enneigées. Les voitures arrivent sans discontinuer. Passé le contrôle des DVA, la collective part plein sud, entre le soum de la Piquette et le pic d’Izes, vers Aygues-Cluses. Une long cheminement tranquille conduit d’abord à l’intersection qui mène, plein sud, vers le lac d’Ets Coubous et à l’est-sud-est vers Aygues-Cluses.
Grand silence dans la file indienne. Pas d’élastique. Il n’y en aura pas durant toute la longue montée (près de 10km). Olivier mène le train à un rythme qui n’abandonne personne. Seul le claquement des fixations rompt le silence.
Une fois laissé derrière nous les crêtes de la Pègue, l’ombre cède la place au soleil. La vue se dégage sur un très beau cirque : droit devant les pics d’Aygues-Cluses et du Gourguet. Au milieu, le col de Barèges.
La cabane d’Aygues-Cluses laissée sur la gauche, la collective s’oriente plein sud puis sud-sud-ouest. Pause. Le col de Madaméte est loin devant. Aucune difficulté de cheminement. La neige s’enfonce légèrement sous le poids des skieurs. Ni tôle, ni crampons. Pas de Z non plus. Cap : tout droit.
Au col, le vent a fait son oeuvre : neige soufflée. Reste un mix d’herbe, de rochers et de glace.
Moment de réflexion : la crête nord du pic de Madaméte est chargée de corniches. Certaines sont descendues. D’autres n’attendent que cela. Passer au milieu : pas question. Sur le flanc est de Madaméte, trois randonneurs ont mis les skis sur les sacs. Plus tard, ils partiront plein nord et se retrouveront sur les corniches ! Ooups… Pas pour nous.
Entre un final compliqué et la fatigue de quelques uns (dont celle du rapporteur), Olivier décide de nous conduire en courbe de niveau à 600 m du col. C’est là que se situe le « Belvédère Blanchet », lieu de contemplation dont il a le secret, avec vue plongeante sur les lacs glacés d’Aumar et d’Aubert. A notre droite la très belle crête de Barris d’Aubert qui se termine par la pointe du Ramougn et, plus à droite, le Néouvielle.
Le « Belvédère Blanchet » : un superbe spot. Longue pause déjeuner et sieste pour Brahim. Séance bronzage pour certains. Contemplation apaisée pour les autres.
Le retour se fait par l’aller. Au col, les peaux sont pliées. La descente : un mix de neige ferme, humide, cassante, friable, légèrement poudreuse, lourde accompagne la collective jusqu’au parking. Pour Christophe, elle « est jouable » et, il se la joue plutôt bien ! Pour les autres, elle est couci-couça ! Les S ont la tremblotte. Aérofreins sont de sortie. Le rapporteur a beau avoir investi dans de nouveaux « skis hyper-ceci-hyper-cela », rien n’y fait.
A Tournaboup, grande ambiance de station de ski : parkings bondés. Bitume et odeur de gasole. Le lendemain, Sud-Ouest titre : « Pyrénées : grosse affluence dans les stations samedi ». Au journaliste, on ne lui dira pas mais à « grosse affluence », nous on préfère : « grand bonheur au Belvédère Blanchet ».
Merci Olivier pour nous avoir fait partagé ta passion de ces lieux isolés et ressourçants.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Le verdict :
– Point le plus bas : parking de Tournaboup à 1461 m, le plus haut : col de Madamette 2509 m, dénivelé : 1100 m, distance parcourue : 19,1 km, temps de la sortie : 7h15, carte 1748ET
– Les randos d’avant : c’est
– Cliquez sur les photos pour les commentaires
– Crédit photo : Beñat

la trace du jour

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s