Vallon d’Arizes : le CAF de Pau s’éclate sous le Bigorre !


Le « Bigorre » pour cap !

Départ : depuis le virage d’Artigues sous La Mongie
Destination : 3 collectives différentes pour 3 sommets côte-à-côte : le pic Ballonque, le Taoulet d’Aouet et La Montagnette
Encadrants : Roger Pourtau/La Montagnette, André Vignot/Taoulet d’Aouet, Jean-Pierre Labourdette pour le pic Ballonque
Co-encadrants : Ghislaine de Rincquesen, Odile Davances
Participants :
– La Montagnette : Sylvie Arpouret, Xavier Damez, Brigitte Dupuch, Maxime Lapadu, Christophe Marnas, Alexandre Massri, Jean-Baptiste Sennes, Ambroise Toulemonde
– Taoulet d’Aouet : Camille Epaud, Jean-Louis Idelovici, Jean-Pierre Laclau, Vincent Lahon-Laborde, Chantal Loustau, Didier Mazoin, Cathy Roques, Christine Rubichon
– La Montagnette : Bernard Boutin, Cécile Dumergue, Gérard Estrade, François Pujol, Philippe Van Driessche, Patrick Cariat, Karine, Agnés
Météo : grand beau sans vent
Température : bonne
Date : 26 janvier 2019

Première sortie de ski de randonnée, de la saison 2018/2019, pour la majorité des quelque 30 participants. Une sortie désespérément tardive : un 26 janvier ! A croire qu’une force supérieure, volontairement créatrice de ce retard et prise de remords, décide d’offrir pour la première tout ce que le ski de randonnée a de mieux : grand beau sans vent, neige de printemps, bonne épaisseur, humeur idéale de rentrée entre « vieux potes » se retrouvant pour un bon coup ! Une sortie pur plaisir comme il en est rarement ! Les absents s’en mordront les doigts. Tant pis. Un indice : dès le lendemain, la météo mettait au placard ce bon schéma. Quelles suites à cela ?
Un peu d’inquiétude dans les équipes, au petit matin : n’ai-je rien oublié ? Il faut dire que les dernières sorties de ski-rando remontent à avril. Il y a 9 mois. Les bons réflexes sont loin.
Pour l’équipe qui grimpe à La Montagnette, pas grand-chose à dire. Bien entendu, un peu d’élastique pour une première. Des virages en Z sous La Montagnette. Tout le monde arrive au sommet à son rythme.
Pour mézigue : un manque de cuisse évident pour ces 1000 m de dénivelé alors qu’il « souffre » moins sur 1500 m à pied !
Agréable pause au soleil face au Bigorre. Une partie de la collective, Cécile, Philippe, Patrick et xxxxx, décide d’enchainer vers le Taoulet d’Aouet. Pour eux, le compteur final fera près de 1250 m.
Descente : virages en S, pour tous, sans difficulté dans une inattendue et incroyable neige de printemps. Pas de baignoire. Les Dieux sont avec nous. Ski fun facile.
Regroupement à la cabane d’Arizes et descente toujours aussi « cool » jusqu’au goulet du Tuhou. Etroit couloir pentu à parcourir avec retenue à skis. Surtout ne pas se laisser embarquer par la vitesse sous peine de finir dans un méchant barbelé, situé côté aval. Quelques S supplémentaires…
D 918 : les voitures descendent de La Mongie à la queue leu-leu. Odeur de gazole. Vivement que l’on reparte là-haut ! A quand la prochaine collective ?
Un grand merci aux encadrants, Roger et Ghislaine, pour nous avoir permis cet excellent début de saison.

– par Beñat

Le verdict :
– Point le plus bas : parking à Artigues 1287 m, le plus haut : La Montagnette 2233 m, pic Ballonque 2240 m, Taoulet d’Aouet 2260 m, dénivelé : 1000 m, distance parcourue : 13,4 km, temps de la sortie : 6h15,
– Les randos d’avant : c’est
– Cliquez sur les photos pour les commentaires
– Crédit photo : Cécile de Bayonne et Beñat

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s