Secteur Ossau – lac et cabane du Peyreget : neige excellente !


Nuage « circulaire » au-dessus de Formigal

Départ : parking en épis du cirque d’Anéou
Destination : col de l’Iou, lac du Peyreget, cabane du Peyreget et retour
Qui : collective du CAF de Pau et de la vallée d’Ossau
Météo : « sol y sombra », – 2° au départ, vent au col de l’Iou

La météo est mi-figue, mi-raisin. Capricieuse. Au parking, le temps est calme. Le soleil levant tente de traverser les nuages. Une fine-couche de poudreuse recouvre une sous-couche ferme, parfois tôlée.
La caravane s’ébranle et zigzague en direction du col de L’Iou. Lové dans son écrin, le cirque d’Anéou est toujours aussi beau. Les pentes de la crête SO du Peyreget se rapprochent. D’impressionnantes corniches nous narguent. Le BERA du matin disait risque limité (2) pour la journée en Béarn. A voir les corniches menaçantes, le risque parait fort (4) qu’elles ne dévalent. Contournement logique des pentes exposées.
Pendant qu’Olivier et Jacques discutent de la suite à donner à la sortie face aux risques, l’un d’entre nous se lance dans un trait d’humour pour détendre l’atmosphère : « Savez-vous comment font les espagnols pour éviter une avalanche qui dévale sur eux ? »… « Simple, comme dans l’arène : Olé ! »
Xixili s’affaire à prendre des photos. Le « rapporteur » lui-aussi. L’une et l’autre ont le même appareil. D’avance, il se sait distancé : Cécile fera les meilleures photos. Il se réfugie dans l’écriture.
Conclusion des encadrants : « on ne monte pas le long de la crête SO : trop exposée et, comme les pentes nord sous le col de Peyreget doivent l’être aussi, décision est prise de skier vers le lac de Peyreget et la cabane de Peyreget. »
Dépeautage et descente tout du bonheur. Neige totalement vierge. Un vrai plaisir. Virages en S, comme dirait MT, pour tous. Et, si c’était cela le ski de printemps ? La saison démarre t-elle enfin ?
Pause au-dessus de la cabane de Peyreget. Là où le sentier du tour de l’Ossau fait un virage à 90° en direction du nord, avant de descendre vers le plateau de Bious-Artigues.
Devoir de mémoire : à proximité, en direction du bois des Arazures, la Jeanpiarretour (course à ski de rando autour de l’Ossau) organisée par Pyrénéa, s’interrompit dramatiquement en 1996. Lors de la reconnaissance de la onzième édition, une avalanche emporte 13 membres du club. Deux décèdent.
Repeautage et montée vers le col de l’Iou. Au lac du Peyreget, Brahim, « le Killy de l’Atlas », souhaite s’arrêter pour manger : « Ici, on est à l’abri du vent ». Pas idéal pour faire la sieste cependant ! Seule la neige nous entoure. Votation pour continuer. Il est trop tôt pour manger (11h30).
Christophe perd une rondelle de ses bâtons. Rien de plus pénible en montant ! Comment s’appuyer sur un bâton qui s’enfonce ? Solution du jour : il tiendra le bâton à l’envers.
Col de Peyreget. Quelques skieurs s’attaquent à la crête qui monte au Peyreget. Risqué pour eux. D’autres traversent les pentes dominées par les corniches ! L’heure avance. Le risque d’avalanche aussi.
Dépeautage et descente vers le parking. Exposée SE, au soleil donc, la neige est molle et peu franche. Pas de « grand S » en final de sortie.
Chez Sancho, le casse-croûte se termine avec les canelés de Sylvie, le gâteau aux pommes de Mayalen et les « cornes de gazelles » de Brahim. Au moment de valider les participants des collectives, Messieurs les encadrants, surtout n’oubliez pas les susmentionnés !
Merci à eux pour leurs douceurs. Merci aux encadrants confrontés à une saison, de ski de randonnée, compliquée au moment du choix des itinéraires.
A plus sur les pentes.

– par Beñat

Le verdict :
– Point le plus bas : 1707 m, le plus haut : 2199 m (col de l’Iou), dénivelé montant et descendant : 800 m, distance parcourue : 12,4 km, durée de la sortie : 4h30
– Encadrant : Olivier Blanchet
– Co-encadrant : Jacques Resplandy
– Participants : Brahim Amazine, Bruno Basty, Bernard Boutin, Sylvie Darrouzin, Cécile Dumergue, Christian Ferrere, Christophe Marnas, Agnes Pourquet, Mayalen Soteras
– Les randos d’avant : c’est
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama.

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s