Séances formations sur les flancs du Moulle de Jaout


La crête de Coos et le Moulle de Jaout au fond

La crête de Coos et le Moulle de Jaout au fond

Départ : Cabane Escalac au-dessus du plateau de Castet
Destination : Moulle de Jaout (2050) par le col de Lallène
Qui : Collective du CAF animée par Jean-Pierre Petit
Quand : 15 décembre 2016

Arrivé à la cabane Escalac, point de départ de la sortie, la face nord du Jaout apparait toute plâtrée de neige. Pas très encourageant quand on sait que la pente frôle les 45° sous le sommet. Délicat même. Plutôt que de s’y attaquer, la sagesse appelle à monter au col de Lallène, pour ensuite longer « tranquillement » la crête de Coos jusqu’au sommet du Jaout.

La neige est vite atteinte. Crouteuse ou glacée, peu profonde, elle n’est pas très agréable à traverser. A quelques dizaines de mètres du col, Jean-Pierre s’arrête et sort tablette et loupe. Il gratte la neige et commence à nous parler de « neige croulante, de neige à grain rond ou encore de gobelets ! ». Pour ceux qui croyait la neige tout simplement… blanche, c’est râpé !

Sur internet, il y a 10 types de cristaux de neige différents. Tout le monde connait les cristaux en forme d’étoiles mais quid des cristaux « boutons de manchette » ou encore les « dendrites spatiales » ?

Le col de Lallène est atteint sans crampon. L’herbe remplace la neige. Bref arrêt, pour reprendre… l’haleine. Trop facile, direz-vous…

Crête de Coos : côté nord, chute formellement interdite ! Attention requise. « Con respeto » diraient nos amis « alpinistas, montañeros, caminantes, excusionistas ou mochileros (porteurs de sac à dos) » du sud des Pyrénées.
Les langues, c’est comme cela. Il n’y a pas toujours un mot qui colle pile-poil pour la traduction. Essayez de traduire, en espagnol, randonneur mot-à-mot !
Renseignement pris du côté de Saragosse, un montañero penche plutôt pour « excusionista ». Moyennement satisfaisant.

Moulle de Jaout : descendre par le nord ? Pas question ! La neige n’est pas franche. Surtout ne pas tenter le diable. Alors, ce sera par le sud et le talweg qui conduit sous le col de Lallène.

A mi-chemin, Jean-Pierre sort carte et boussole, histoire de faire un peu d’orientation et de calculer l’azimut de la direction du col. Le Moulle de Jaout sert de point de référence. Intérêt de tous et particulièrement de Jean François Avril. Photo & photo pour un détail fun. Qui trouvera ?

Le talweg : Un beau vallon au calme et bien exposé, au soleil bien entendu et non aux avalanches. Un coin à découvrir. Un izard se fait voir. Le seul de la journée. Remontée du col de Lallène et descente sans difficulté sur le point de départ.

Pot à l’Auberge du Caviste à Louvie. Plutôt sympa comme endroit.

– par Beñat
Bernard Boutin
27 novembre 2016

– Le verdict du GPS (avec toutes les réserves habituelles à accorder à ces « engins ») : Dénivelé : 943m, kilométrage : 9,3 kms, durée de la sortie : 6h35, point le plus haut : 2050 m, point le plus bas : 1320 m
– L’équipe :
Collective menée par Jean-Pierre Petit : Jean-François Avril, Bernard Boutin, Sylvie Darrouzin, Christian Ferrere, Pascal Guerin, Jean-Pierre Laclau, Dominique Vialatte.
– Les randos d’avant : c’est ICI
– Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires ou cliquez sur la première photo pour dérouler le diaporama




La boucle qui mène au Jaout

La boucle qui mène au Jaout

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans La mule et l'intello, Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s