Parc National des Pyrénées : Coup de colère !


Le lac de Barroude En octobre dernier le refuge de Barroude, situé au-dessus de Saint Lary, brule. Il est dans la zone du Parc National des Pyrénées et appartient au Parc. Motif de l’incendie : On ne sait trop. Il était fermé au moment des faits. La foudre aurait provoqué un début d’incendie et les bouteilles de gaz entreposées auraient alors explosé. Il ne reste qu’un tas de ferrailles du refuge. Très triste. 

Ce refuge était placé idéalement face au cirque de Barroude et ses lacs. Un endroit très prisé, tant par les randonneurs d’un jour que par les pyrénéistes traversant la chaîne par la HRP.

Dimanche 2 août, il y avait beaucoup, beaucoup de monde remontant la vallée de la Gela pour aller au lac de Barroude… et à son refuge !

Si bizarrement que cela paraisse, au parking situé au-dessus d’Aragnouet, point de départ pour aller à Barroude depuis la vallée d’Aure, la destination du refuge est toujours mentionnée sur une carte du Parc et sur trois panneaux directionnels (voir photos jointes). L’un propose même : « Repas et boissons ». Dix mois après l’incendie !

On imagine des touristes d’Espagne, du nord de la France ou d’ailleurs, arrivant avec des topos-randos, des guides et autres supports, pas actualisés, pour partir en direction du refuge. Il est tout de même situé à 10 kilomètres de là à pied et 1000 mètres de dénivelés… Un aller et retour de plus de 20 kms ! Pour mémoire, le refuge date de 1973. Il est indiqué sur un tas de supports.

Traversant les Pyrénées centrales en juin, en suivant la HRP et le guide Trans’Pyr, je devais bien naturellement faire étape au refuge. Souhaitant réserver à l’avance, je m’étais bien rendu compte de la fermeture du refuge en allant sur le site de celui-ci. Mais quid, de tous ces randonneurs qui ne vont pas consulter le site ? A quoi bon maintenir des panneaux indiquant le refuge de Barroude dans la vallée ?

Un exemple pratique : Pendant ma traversée des Pyrénées centrales fin juin, un Basque de Bilbao, rencontré au Portillon à trois journées de marche du refuge, me donnait la suite de son parcours par la HRP : BIADOS-Parzan-BARROUDE- Héas-Refuge des Espuguettes-Gavarnie-BAYCELLANCE. Seul, il ne réservait pas à l’avance, pensant toujours trouver une place. Je lui ai immédiatement indiqué son erreur. Conséquence : il modifia son tracé pour passer par BIADOS-Bielsa-Pinieta-Goriz-Refuge de la Brèche-BAYCELLANCE.  Un tracé totalement différent !

Il y a urgence que le Parc fasse disparaître les panneaux mentionnant la direction du refuge Barroude, et plus encore, aviser à tous les points de départs qui y conduisent, de sa disparition suite à un incendie. Trop de monde vont se planter bêtement là, face à un amas de ferraille.

Il est vraiment incroyable qu’au Parc, on n’ait pas pensé – où on n’ait pas voulu- avertir les « clients » en dehors de la page internet du PNP.

– par Bernard Boutin

L’information sur le site du PNP et sur le site du refugeC’est insuffisant !

Le verdict du GPS : Pour la montée avec MaryMar 4,5 kms/h, 2,25 h de marche, 2,42 h de randonnée, 10,8 kms parcourus, 1000 m de dénivelé positif. (Chiffres pour la montée, la descente étant réalisée à l’identique)

 

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Parc National des Pyrénées : Coup de colère !

  1. Guillaume dit :

    Il est surtout urgent que le PN reconstruise un refuge…

    • Tu as tout à fait raison. La HRP (entre autres) en a besoin. Cela dit, au niveau de la sécurité au sens le plus large, il convient d’indiquer de toutes les façons possibles qu’il n’y a plus de refuge là-haut. Dimanche, j’ai vu un gars monter équipé de chaussons de refuge pour y séjourner et j’ai croisé, il y a 3 semaine, un espagnol sur la HRP qui y allait.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s