Par-çi, par-là… – Rando « cool » au Monné


Arrivée au col et découverte de la vue au sud

Arrivée au col (sans nom ?) et découverte de la vue au sud

Il faut savoir aussi randonner « cool » en montagne. Sortie de Marimar et BB au-dessus de Bagnères-de-Bigorre qui est un très bon point de départ pour de multiples petites randos tout autour.

Atmosphère champêtres. Chevaux, moutons sur tout le parcours – gare aux tics – et, surtout de très belles vues à 360° depuis le « petit Monné » (1172 m) alors que le « grand »  Monné (1259 m) est lui noyé dans la forêt.

Parmi les pics qui s’offrent aux regards des randonneurs : l’incontournable Pic du Midi de Bigorre (2876 m) domine face au sud. A droite, à l’ouest, on repèrera facilement le Montaigu (2 339 m) et à gauche, vers l’est, le Casque du Lhéris (1595 m).

Petite bise fraiche du nord. Alternance de soleil et légère brume. Température idéale. Un coin où revenir avec des amis qui veulent se frotter, une première fois, à la rando dans les Pyrénées. En plus, Bagnères est très sympa et prendre un pot au centre-ville est une bonne façon de terminer la journée.

La balade nous avait été suggérée par les alertes de « Topopyrennes » de l’ami Mariano. Pour en savoir plus sur la rando, il ne vous reste qu’à cliquer ICI et aussi découvrir les photos en ligne sur le diaporama ci-dessous.

– par Bernard Boutin

PS : Le verdict du GPS : 9,5 kms de balade pour 5 h de sortie et 580 m de dénivelé. A la portée de tous !!!

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s