30 décembre – Turon de Hailla : 49ᵉ et dernière rando de 2015 !


IMG_1096Où : A partir du village de Saligos (658m) dans la vallée de Luz St-Sauveur
Destination : Cot de Yéous (1516) et Turon de Hailla (1835)
Qui : Sortie CAF

Topo : Très bonnes conditions météo. Soleil resplendissant. Quelques traces de neige sous le sommet. Du jamais vu pour un 30 décembre ! Le temps appelle (à nouveau et toujours) la randonnée.

L’année s’achève : Un très grand cru de randonnées. Le beau temps aura accompagné 95% des sorties. Merci à « El Niño » ! Pas de boue, pas de pluie, peu de brouillard. Que demander de plus ?

La sortie du jour, depuis Saligos, conduit au Turon de Hailla, un de ces sommets peu pratiqués qui, à l’entrée des vallées, ouvrent de magnifiques vues sur les fonds de vallées.

Une montée franche sur un chemin « historique » bien tracée pour arriver au Cot de Yéous (1516) où la grange, à l’architecture typique de Bigorre, avec ses marches de long de la pente du toit, jouit d’une magnifique vue. Au sud, face à nous : le cirque de Gavarnie (et tant d’autres…)

Continuation vers le Hount Débat (1813), originale grange couverte, non pas d’ardoises mais de terre recouvertes elle-même d’une épaisse couche d’herbe ! Traditionnel au possible mais, il ne faut pas s’y méprendre, les panneaux solaires l’alimentent en électricité.

Passé la Hount Débat, 500 mètres au nord-ouest, nous atteignons le Turon de Hailla. Leçon de géographie de Michel Claparède, large pause au soleil et picnic.

Retour en plongeant directement dans la vallée en direction des Coueylas et Couscouillet. Une pente abrupte à ne pratiquer que par temps sec.

Arrivée sur Saligos après une belle boucle dont seul Michel avait le secret. Une de plus !

– par Bernard Boutin

Nota
– Le verdict du GPS : déplacement 3h40, sortie : 6h40, trajet : 11,7kms, dénivelé 1175m, plus haut : 1821m, plus bas : 658m, 3,1 kms/heure

Passez le curseur de votre souris sur les photos pour faire apparaitre les commentaires

Capture d’écran 2015-12-31 à 17.58.04

A propos Bernard Boutin

A 7 ans, mon père me trainait au tour du pic du Midi d’Ossau, en Béarn. A 17 ans, je faisais du stop avec mes skis de randonnée. Je me souviens qu’à la nuit tombée, à la sortie de Tarbes, un paysan me chargeait. Arrivé en rase campagne, en sortant les skis de la bétaillère, ceux-ci étaient plein de purin ! La passion était plus forte que ces petits désagréments. A 27 ans, je quittais un bon « job » à la Défense, pour « descendre » aux Pyrénées. A 37 ans, avec quelques copains, nous grimpions, en ski de randonnée, le Vignemale, le Balaitous et quelques autres… A 47 ans, 57 ans, les Pyrénées toujours. On l’aura compris, pour moi, sans les Pyrénées, point de respiration.
Cet article, publié dans Par-çi, par-là..., Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s